C’est le retour du “Djoker” ! Blessé et diminué ces derniers mois, le Serbe est enfin de retour en finale de Grand Chelem. Dans un match de plus de cinq heures et d’un suspense incomparable, “Nole” résiste à Rafael Nadal (6-4 ; 3-6 ; 7-6 ; 4-6 ; 10-8).


La première demi-finale entre Isner et Anderson avait occupé tout l’après-midi du tournoi de Londres. Après 6h33 de lutte, il ne restait que très peu de temps à Nadal et Djokovic pour effectuer leur match. C’est donc en deux jours et en cinq heures que ces deux monstres du tennis se sont départagés. En effet, le match a débuté hier soir aux alentours de 21h00 avec le toit fermé et l’éclairage en place. Malheureusement, tradition oblige, le couvre feu est à 23h00 (heure locale). Le match s’est donc joué en deux jours.

Hier soir dans une ambiance électrique, Novak Djokovic prend de suite le contrôle du match. Bien agressif, avec une bonne longueur de balle, le “Djoker” empoche cette première manche. Et le Serbe continue dans la seconde manche en se procurant deux balles de break en début de set, bien sauvées par Nadal, “Nole” va commencer à s’agacer et en effet le Serbe va connaître un léger trou d’air qui va permettre à Nadal de reprendre l’ascendant sur ce match. Dans une troisième manche, qui sera la dernière de la journée, les deux hommes se montrent extrêmement solide sur leurs mises en jeu. Aucune balle de break à se mettre sous la dent. Néanmoins, le tie-break est d’une intensité extraordinaire et après le sauvetage de quelques balles de set, c’est Novak Djokovic qui arrache cette troisième manche pour passer toute la nuit en tête.

C’est donc aujourd’hui, à 13h00 (heure locale) que les deux hommes sont de retour. Comme hier, les deux joueurs vont finir leur combat avec le toit fermé, en raison du refus du clan Djokovic sur l’ouverture de ce toit. Après un long premier jeu de 16 minutes, c’est Nadal qui se montre le plus véloce et le plus offensif. Distillant toujours aussi bien ses amorties, l’Espagnol empoche cette quatrième manche à la suite d’un deuxième break et de trois balles de débreak sauvées sur son dernier jeu de service. Nous aurons donc le droit à une cinquième manche décisive, et malgré quelques dangers, il n’y aura pas de break avant 6-6. Plusieurs fois à 0-30 ou 15-30, Novak Djokovic ne parvient toutefois pas à se procurer des balles de break. C’est donc Nadal qui se montre le premier dangereux grâce à trois balles de break à 7-7. Toutefois, break il n’y aura pas pour l’Espagnol. Sur sa deuxième occasion de victoire, Novak Djokovic s’impose 10-8 au cinquième et retrouve une finale de Grand Chelem, une première depuis l’US Open en 2016. Le Big 4 est toujours vivant.