A l’aube de la saison 2018-2019, les joueurs du Rhône devront prouver que le parcours jusqu’en demi-finale l’année dernière n’était pas qu’un exploit. Revue d’effectif.


Le Top 14 est souvent décrit – à tort ou à raison – comme le “meilleur championnat du monde” pour sa puissance financière mais aussi pour son indécision sportive. Mais les faits parlent d’eux-mêmes : les cinq dernières saisons ont accouché de cinq champions différents. Du coup, la reprise est toujours attendue avec impatience par les supporters de rugby. Ceux de Lyon encore davantage après le beau parcours jusqu’en demi-finale l’an dernier.

Le coach Pierre Mignoni a prolongé l’aventure lyonnaise jusqu’en 2023.

La bonne nouvelle ? La formation lyonnaise s’est renforcée et a en même temps gardé ses meilleurs joueurs dans ses rangs, Frédéric Michalak excepté. L’ancien international a en effet pris sa retraite à l’issue de la saison dernière après 17 ans en professionnel. Le coach Pierre Mignoni a lui prolongé l’aventure dans le Rhône (jusqu’en 2023) au contraire de son adjoint Sébastien Bruno, parti rejoindre le staff du XV de France. En plus de Michalak, le LOU a perdu un autre ouvreur Mike Harris. Il sont remplacés par Jonathan Wisniewski provenant du RC Toulon où il n’a que très peu joué (sept matchs en 2017-18). Les Rhodaniens récupèrent également quatre internationaux français dans l’effectif, Raphaël Chaume et Noa Nakaitaci (Clermont), Loann Goujon (Bordeaux-Bègles) et Jean-Marc Doussain (Toulouse). Enfin, l’inconnu vient du joueur des Chiefs (Super Rugby) Charlie Ngatai qui complètera la ligne des arrières.

Arrivé en provenance de la franchise néo-zélandaise des Chiefs, Charlie Ngatai est la recrue phare de cette saison.

Ce recrutement va faire du bien à la formation lyonnaise qui va commencer le championnat avec du lourd. En effet, le LOU recevra en ouverture le Stade Toulousain (19 fois champions de France) puis défiera le champion en titre Castres sur son terrain une semaine plus tard. Ensuite, ce sera au tour du promu Perpignan (de retour dans l’élite après quatre ans d’absence) de se frotter au LOU avant le dernier finaliste et tombeur en demi-finale l’an dernier Montpellier. La campagne de préparation s’est plutôt bien passée jusque-là : Après deux victoires contre Oyonnax et Grenoble, le LOU a terminé sa série de matchs amicaux par un succès de prestige (14-21) contre Toulon. Mais difficile de tirer des enseignements de ce genre de rencontres. En tout cas, Pierre Mignoni a pu bénéficier de tout son effectif durant cette avant-saison, ce qui ne sera pas le cas l’an prochain à cause de la Coupe du Monde.