Surprise à Monza! Ferrari verrouille la première ligne du Grand Prix d’Italie pour la première fois depuis 2000. C’est une première pole position à Monza pour une Ferrari depuis 2010. Mais surprise, ce n’est pas Vettel qui en est le grand bénéficiaire. 

Au moment d’aborder leur deuxième tentative en Q3, les pilotes s’élancent dans cet ordre, Bottas, Hamilton, Vettel et Raikkonen. C’est tout un symbole parce que sur un circuit avec de grandes lignes droites qui privilégient la vitesse, le pilote qui se situe derrière son coéquipier peut bénéficier du phénomène d’aspiration et gagner quelques kilomètre par heure. Ces derniers sont cruciaux pour faire la différence.

Pour cette première, on aurait pu s’attendre à ce que ce soit Vettel, ouvertement en lutte contre Hamilton pour le titre qui se retrouve aspiré par Raikkonen afin d’être en position de prendre la pole. Tel ne fut pas le cas étonnamment. Kimi Raikkonen, 38 ans signe donc la pole avec un tour en 1:19:119. Il s’agit du record historique du circuit. Vettel et Hamilton s’expliqueront donc en deuxième et troisième position. Le départ sera intense, ce, d’autant plus que Vettel a lâché dans sa radio à la fin de la séance un laconique “on va en reparler”. La tension est très forte chez Ferrari mais l’essentiel est assuré avec cette première ligne.

Du côté de chez Mercedes, on a un temps cru avoir fait le plus dur avec un Hamilton au sommet de son art qui a signé la pole provisoire sur sa première tentative en Q3. Les Mercedes étaient alors derrière les Ferrari par ordre d’apparition. Ce sont donc elles qui ont bénéficié du phénomène d’aspiration des Ferrari.

Derrière ce quatuor infernal, l’ordre de la grille est plus classique avec un Max Verstappen esseulé en cinquième position pour Red Bull. Daniel Ricciardo subira une pénalité pour dépassement de son quota de pièces moteur. Il a changé de nombreux éléments afin de bénéficier d’une évolution, la “Spec C” apportée par Renault sensée développer trois dixièmes de seconde au tour.

Romain Grosjean s’installe au sixième rang, il devance Carlos Sainz sur la première Renault, Esteban Ocon, Pierre Gasly, qui lui aussi a su tirer parti de ce phénomène d’aspiration et Lance Stroll dixième.

Classement final sous réserve de l’application des pénalités des pilotes concernés.