Dernière manche de la Coupe de France DN1, la Boucle de l’Artois a donc couronné le CR4C Roanne au classement général. Un succès de prestige pour l’équipe jaune et bleu qui récupère son dû, dix ans après son dernier titre.

Le CR4C décroche le titre de champion de France DN1, succédant à Vendée U. Crédit : Arnaud Lisse.

On l’avait déjà compris depuis une ou deux manches. Le CR4C Roanne n’avait qu’à sécuriser sa place de leader, tant son avance au classement général de la Coupe de France était large. Sur la Boucle de l’Artois, il n’y avait qu’à contrôler la Sojasun espoir pour définitivement fêter un titre acquis tout au long de l’année 2018. Après une première journée hors du coup, du moins sur le plan comptable, les Roannais n’étaient cependant pas inquiété par leur concurrent direct. Ce dimanche, le tir a été corrigé avec trois coureurs dans les 16 de l’étape, et deux coureurs dans les 6 au général.

La victoire du collectif

La victoire a donc été une formalité. Elle vient récompenser une saison de domination de la part des hommes de Sylvain Blanquefort et Vincent Garin. Ces derniers confient à nos confrères de DirectVelo : « On a un excellent collectif, un très bon état d’esprit. On avait cinq-six coureurs capables de gagner sur les manches de Coupe de France ». Emmenés par un Geoffrey Bouchard de folie, qui a par la même occasion décroché le titre de champion de France amateur, les Roannais ont pu compter sur une multitude de cartes. Un atout indéniable lorsque les courses s’emballent et que d’autres équipes manquent de cartouches à envoyer à l’avant.

A l’issue des huit manches de Coupe de France, le CR4C Roanne succède donc au Vendée U, et récupère un titre qui lui échappait depuis 2008. Entre les expériences en équipe de France pour certains, et les futurs stagiaires ou contrats dans des équipes professionnelles, le CR4C devra réussir sa transition la saison prochaine, avec sans doute un léger renouvellement d’effectif. Mais celui-ci est beaucoup plus facile à accepter quand les siens signent chez les pros… et avec une coupe de France dans l’étagère.