Ce deuxième match de poule pour les Bleus allaient tenir toutes ses promesses. Devant une salle pleine (guichets fermés) et face à Brésil, champion olympique en titre, la France ne parvient pas à s’imposer face au brésil au terme d’un match fou. 


Crédit photo: FIVB

Le début de match de ce choc entre français et brésiliens est à l’avantage de la Seleçao. Les Bleus sont distancés en milieu de set. Malgré une lutte tenace pour ne pas lâcher complètement, le Brésil tient le premier set, aux forceps (25-20). Les quelques erreurs françaises ont profiter aux brésiliens qui ont été dominants dans cette première manche.

Dans cette deuxième manche, ce sont à nouveau les brésiliens qui vont prendre le large dès le début du set (5-8), avec notamment une dominance aux contres. Si la France parvient à revenir à -1, la Seleçao forte de son contre parvient à reprendre de l’avance (8-11). Sur deux échanges importants, les Bleus parviennent à revenir au score (14-14). Mais la pression est bel et bien du côte des tricolores qui ne parviennent pas à prendre l’ascendant dans cette rencontre et qui subissent le jeu adverse (20-22). Sur un énorme service de Lipe la France concède 4 balles de set et la première sera la bonne (20-25).

Laurent Tillie au début du troisième set, opte pour une équipe plus offensive. Cela s’avère payant puisque les français parviennent à prendre un premier break (4-1), obligeant le coach de la Seleçao a prendre un temps-mort rapidement. Sur deux aces, Antoine Brizard, creuse l’écart (7-2). Lipe en confiance auparavant aux service, envoie un ballon loin du terrain et offre le premier temps-mort technique à la France (8-3). Les tricolores parviennent à contenir leur avance en posant de nombreux problèmes au Brésil (13-8). Mais le Brésil va connaître un moment fort, les coéquipiers de Bruno solides vont revenir à seulement deux points des tricolores (16-14). La France, parvient à contenir les brésiliens à quatre points de retard. Les brésiliens eux, commettent beaucoup plus d’erreurs dans cette troisième manche. Le coaching du Laurent Tillie s’avère payant (21-17). Les Bleus parviennent à empocher cette troisième manche, ce qui relance le match.

“Un coaching gagnant de Laurent Tillie dans le troisième set”

Crédit photo: FIVB

La quatrième manche, débute de la meilleure des manières pour l’équipe de France, qui parvient à nouveau à creuser l’écart et qui prend les devants (7-3) obligeant une nouvelle fois, le sélectionneur brésilien à prendre un temps-mort tôt dans la partie. Mais les brésiliens, grâce à quelques petites erreurs françaises notamment aux services parviennent à recoller au score (9-9), avant que Ngapeth ne joue avec le contre adverse (10-9). Le Brésil est parvenu à augmenter son niveau de jeu, tandis que les français eux, commettent trop d’erreurs face à une équipe brésilienne qui ne manque aucune occasion (14-16). Sur deux énormes actions collectives tricolores, la France parvient à reprendre de l’avance, mettant un petit coup derrière la tête des brésiliens (19-17). Dans cette fin de quatrième manche, les deux équipes se rendent coup pour coup, même si les protégés de Tillie parviennent à conserver une légère avance (21-20), avant que Le Goff ne donnent deux points d’avance au meilleur des moments à la France (22-20). Alors que la France est à un point d’égaliser, le Brésil revient (24-23), obligeant Laurent Tillie à stopper le jeu adverse. Et le temps mort aura été gagnant pour le sélectionneur français, qui voit le brésilien raté son service et offrir le set à la France (25-23). Tout va donc se jouer dans le tie-break!

Et ce tie-break va tenir toutes ses promesses comme cette rencontre. Les deux équipes se rendent coup pour coup (3-3). Alors que la France était menée, les Bleus sortent des actions collectives importantes pour venir prendre deux points d’avances (8-6). Alors que les Brésiliens oublient de jouer, Lucas s’énerve et obtient un carton jaune (10-7). Les brésiliens ne comptent rien lâcher et reviennent dans la partie (10-10). Mais c’est bien le Brésil qui l’emporte (15-12), dans un match fou.


Pour suivre l’actualité du volley-ball: 100% volley-ball français