À onze mois de la Coupe du Monde au Japon, les Bleus vont se jauger une dernière fois contre les nations de l’hémisphère Sud. Présentation des trois futurs adversaires.

Le rendez-vous approche : 379 jours exactement avant l’entrée en compétition du XV de France dans la Coupe du Monde 2019. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que nos Tricolores ne sont pas en avance par rapport à leurs concurrents. Classés 4e du dernier Tournoi et après une tournée cauchemardesque contre les All Blacks (trois défaites dont deux avec un gros écart), les Bleus sont en panne de confiance. Et s’ils ne veulent pas devenir la première équipe du rugby française à ne pas sortir des poules de la Coupe du Monde (composée notamment de l’Angleterre et l’Argentine), le staff et les joueurs vont devoir trouver des solutions. Ils espèrent déjà trouver des réponses durant cette tournée de novembre. Le programme s’annonce pourtant relevé : le XV de France affronte l’Afrique du Sud le 11 novembre, l’Argentine le 18 et pour finir les Îles Fidji le 25. Étonnamment, le calendrier propose le plus gros morceau (Afrique du Sud) en premier et le plus faible, à priori, en clôture (Fidji) contrairement aux années précédentes où la tournée se faisait de façon “crescendo”.

  • Afrique du Sud

Eben Etzebeth pourrait jouer samedi contre les Bleus.

La première affiche aura lieu au Stade de France face donc aux Springboks. Pas un bon client pour les Bleus qui reste sur six défaites face à cet adversaire. La dernière date de l’an dernier à la même période où les Sud-africains étaient venus s’imposer de justesse à Saint-Denis (17-18). Entraînés seulement depuis mars par Johan Erasmus, les Boks s’appuient sur la puissance de leur pack et leurs bons buteurs comme depuis toujours. Après une tournée d’été mitigée (deux victoires, deux défaites), l’Afrique du Sud a été capable du meilleur (exploit contre les All Blacks à Wellington) comme du pire (défaite contre l’Argentine) lors du dernier Four nations. Ils ont finalement terminé deuxième derrière la Nouvelle-Zélande. Face aux Bleus, le sélectionneur pourra compter sur ses cadres : Eben Etzebeth (l’un des meilleurs deuxième-lignes du monde), Duane Vermeulen (ancien capitaine du RC Toulon évoluant au Japon actuellement), Handré Pollard (le buteur) ou encore Cheslin Kolbe (arrivé en 2017 au Stade Toulousain).

  • Argentine

Une semaine plus tard, les Bleus défieront l’Argentine au Stade Pierre-Mauroy à Lille. Une manière de se tester face à ceux que les Français affronteront en ouverture de la prochaine Coupe du monde le 21 septembre. Depuis la création en 2016 d’une franchise (les Jaguars) disputant le Super Rugby, les joueurs argentins sont devenus encore plus compétitifs sur la scène internationale. Entraînés désormais par leur ancien talonneur charismatique Mario Ledesma, les Pumas se montrent ambitieux à l’aube de la Coupe du Monde. S’ils ont toujours du mal en Four nations (dernier avec deux victoires en six matchs), les Argentins se rapprochent progressivement du niveau des meilleures sélections. Ramiro Herrera (pilier du Stade Français), le vétéran Juan Manuel Leguizamón (35 ans) ou encore Nicolás Sánchez (successeur de Juan Martín Hernández au poste d’ouvreur) forment la colonne vertébrale de cette équipe.

  • Fidji

L’ailier fidjien Josua Tuisova évolue au RC Toulon depuis 2013.

Enfin, les Fidji viendront conclure cette tournée automnale avec un dernier test-match fin novembre. Invaincus face à cette équipe, les Bleus ne les ont pas affrontés depuis 2014 (victoire 40-15).  Difficile d’en dire plus sur cette équipe éloignée des projecteurs et qui n’a disputé que trois matchs en 2018 : deux victoires contre les Samoa et la Géorgie contre une défaite face aux Tonga. Toutefois, les joueurs du Pacifique étaient parvenus à faire tomber l’Italie (22-19) et l’Écosse (27-22) en 2017. Autre que Leone Nakarawa (Racing), Josua Tuisova (RC Toulon), Nemani Nadolo et Timoci Nagusa (Montpellier) font partie des joueurs fidjiens du Top 14. L’équipe s’appuie en effet traditionnellement sur ses ailiers, rapides et puissants.

 

(Crédit photo : David Rogers/Getty Images)