Malgré une ouverture du score contre le cours du jeu et une supériorité numérique qui n’aura pas duré plus de 5 minutes. L’ASSE repart de Nice avec un seul point. Une nouvelle fois, l’arbitrage a eu son mot à dire dans cette rencontre.


Diony a retrouvé le goût du but avant d’affronter son ancienne équipe (Crédit photo : ASSE)

Jean-Louis Gasset avait opté pour une solution tourné vers l’offensive en titularisant Beric et Diony en pointe

Une domination globale accompagnée d’occasions sans pour autant marquer : C’est le résumé de ce que l’OGC Nice fait subir à l’ASSE dans cette première période. Même si les 10 premières minutes de la rencontre furent à l’avantage des Verts, les Aiglons ont rapidement su imposer le rythme dans cette rencontre. Jean-Louis Gasset avait opté pour une solution tourné vers l’offensive en titularisant Beric et Diony en pointe mais aucune animation ne s’est fait ressentir devant. En effet, le Slovène fut invisible et l’ex-dijonnais a perdu de nombreux ballons. Alors que du côté de Nice, l’absence de Balotelli ne se fait pas vraiment ressentir, l’ancien stéphanois Allan Saint-Maximin s’est bel et bien imposé comme le leader offensif de la formation de Patrick Vieira et aurait pu débloquer la rencontre à de nombreuses reprises notamment à la 18ème minute suite à une perte de balle de Loïs Diony qui cherchait à dégager le corner raté des Niçois. Heureusement pour Saint-Étienne, Stéphane Ruffier était bien sur sa ligne pour capter la frappe de son ex-coéquipier.

Malgré l’utilisation de la VAR, l’arbitre de la rencontre accorde à Nice un pénalty qui n’a pas lieu d’être

La deuxième période a débuté avec deux occasions franches de chaque côté. Dans un premier temps, c’est Wylan Cyprien, sur coup-franc, qui a vu sa frappe détournée par une parade réflexe de Ruffier. Puis se fut au tour de Robert Beric sur corner, de la tête, qui bute sur un Benitez bien placé. L’ouverture du score va finalement venir, contre le cour du jeu, des Verts ! Sur corner, Diony dévie la balle vers Ole Selnaes qui tente sa chance à l’entrée de la surface. Le Norvégien voit néanmoins le montant de Benitez repousser le cuir devant Diony qui marque depuis un angle fermé (54e, 0-1). Les Niçois vont finalement craquer et finir à 10… Alors que Beric, qui partait en face à Face avec Benitez est victime d’un tacle assassin de Herelle. L’arbitre n’hésite pas une seconde, c’est le carton rouge qui est sorti et un bon coup-franc accordé aux Stéphanois qui ne donner arien (58e). Fair play, Salibur va finalement décider de rééquilibrer la rencontre en empochant son second carton jaune après un fauchage sur Cyprien (63e). Ruffier va une nouvelle fois sauver les siens d’une belle parade sur un nouveau coup-franc de Cyprien. Nice va finalement réussir à égaliser sur une nouvelle action contestable… Malgré l’utilisation de la VAR, l’arbitre de la rencontre accorde à Nice un pénalty qui n’a pas lieu d’être. Cyprien qui se présente face à Ruffier ne se fait pas prier pour le transformer (81e, 1-1). Une justice existe néanmoins à l’image de Lees-Melou qui a raté l’immanquable dans les derniers instants de la rencontre face à un but totalement offert à lui sans opposition.

Au classement, les différents reports de rencontre de la 17ème et 18ème journée ne permettent pas encore de poser un regard objectif sur cette moitié de saison. Il reste deux rencontres à jouer pour officiellement achever cette première partie. La seule certitude sur cette fin d’année est la suivante : Les Verts finiront 2018 à domicile avec la réception de Dijon.