Passionnée par le cyclisme et ancienne cycliste, Anaïs Paris, originaire des Ardennes a rejoint la région il y a maintenant deux ans. Cette dernière est praticienne-massage sportif et bien-être et a accepté de nous parler de son parcours ainsi que de son métier. 


Si le cyclisme a bercé l’une des plus grandes parties de sa jeunesse, la jeune Anaïs, native des Ardennes a du mettre un terme à sa pratique pour des raisons personnelles, puisque cette dernière est devenue maman. Souhaitant toujours travailler dans le domaine sportif mais plus largement dans un domaine où le relationnel avait une place omniprésente, Anaïs a rejoint l’école “Azur Massage” à Annecy avant d’obtenir son diplôme. “En même temps que j’étais à l’école, j’ai effectué des formations avec des professionnels du sport” souligne Anaïs Paris avant d’ajouter “J’ai aussi fais un petit peu de psychologie”. Mais en quoi consiste réellement son métier ainsi que les massages qu’elle prodigues.

Comme elle l’a expliqué avec passion, “ces massages permettent d’accompagner le sportif tout au long de sa préparation physique”. Plus largement, ils permettent de soulager les raideurs musculaires et articulaires et améliorent par la même occasion le sommeil.

Crédit Photo: Camille Nicol

Travailler sur le psychique et le physique à travers le massage est réellement intéressant. 

Si sa principale activité s’apparente aux sportifs, Anaïs cherche aussi à développer sa pratique auprès du grand public, de ceux qui recherches du bien-être. “En tant qu’ancienne sportive j’ai beaucoup travaillé avec des clubs cyclistes de DN1, et j’ai par exemple travailler avec Geoffrey Bouchard et Victor Lafay” explique celle qui est née à Charleville-Mézières. Si cette dernière espère désormais travailler avec plusieurs clubs du roannais, elle espère pouvoir ouvrir son cabinet. “J’effectue mon métier à domicile car je n’ai pas encore de cabinet. Je me déplace aussi dans les clubs” explique Anaïs Paris. Si le massage reste son activité principale, elle participe à la préparation de certains sportifs se fixant des objectifs. “J’exerce un métier qui s’adresse à tous, cela peut aller des femmes enceintes aux enfants en passant bien évidemment par les sportifs” ajoute-t-elle. A travers son entreprise “A’ Corps Parfait”, elle souhaite développer son activité sur le local, même si les déplacements ne constituent pas un frein à son activité. Pour conclure cette entretien, elle nous a avoué que “celui qui se perd dans sa passion a moins perdu que celui qui perd sa passion”, une citation de Saint-Augustin.

 

Crédit Photo: Camille Nicol