Retour à la Beaujoire pour des Nantais endeuillés suite à la disparition de l’Argentin Emiliano Sala. Face à eux ce soir, des stéphanois abattus par deux lourdes défaites successives et un semblant de crise en interne.


Le peuple nantais a parfaitement su rendre hommage à Emiliano Sala. (Crédit photo : @KerZadarian sur Twitter)

Un arbitrage indigne d’un championnat professionnel.

Un avant-match et un début de rencontre fort en émotion au sein de la Beaujoire. Le peuple nantais a su rendre un vibrant hommage à la mémoire d’Emiliano Sala tragiquement disparu en mer durant son transfert vers Cardiff City. Mais, si la beauté de cet hommage est incontestable, un autre fait l’est également dans cette première période. En effet, une nouvelle fois, on a pu observer le niveau déplorable de l’arbitrage français et l’inutilité des acteurs du corps arbitral devant leurs écrans.. Dans un premier temps, on a pu observer deux mains nantaises successives (et flagrantes) à la 3ème minute dans leur propre surface. Malheureusement pour les Verts, monsieur Schneider n’a pas bronché et n’a donc pas fait appel à la VAR. C’est ensuite en toute fin de période que monsieur Schneider s’est une nouvelle fois mis en avant avec la double expulsion de Fabio pour Nantes et M’Vila pour Saint-Étienne. La raison ? Les deux joueurs auraient échangés quelques vulgarités sans pour autant s’en prendre à l’un et l’autre physiquement. Il vaut mieux, au passage, s’arrêter sur ces faits car en terme de joga bonito, c’était tout sauf beau à voir sur la pelouse de la Beaujoire.

Une deuxième période marquante à 10 contre 10.

Jean-Louis Gasset est donc contraint de faire avec les moyens du bord suite à l’absence en quantité de milieu de terrain au sein de son effectif. Pour rappel, supposé malade, Ole Selnaes serait partit au clash avec les dirigeants stéphanois dans le but de faire céder ces derniers et de le laisser partir en Chine (ndlr. Selon le journaliste de L’Équipe Bernard Lions). Pas de changement au retour des vestiaires pour Saint-Étienne mais un passage à 4 en défense avec un retour dans l’axe pour Kévin Monnet-Paquet qui arpentait auparavant son couloir habituel. À force égale, c’est bien l’ASSE qui va ouvrir le score à la 58ème. Sur un “une-deux” parfaitement réalisé entre Cabella et Khazri, le premier lobe parfaitement Dupé avant de reprendre le ballon suite à la tentative de dégagement raté de la part de Charles Traoré. Monsieur Schneider fera appel à la VAR pour s’assurer que le milieu stéphanois n’a pas contrôlé le ballon de la main avant de confirmer le but. Les Verts auraient même pu faire le break à la 66ème minute mais c’est la barre qui vient sauver Nantes sur une frappe énormissime de Monnet-Paquet. Le FC Nantes parviendra tout de même à égaliser en profitant de la lenteur de Neven Subotic. Sur l’aile droite, Koulibaly ne se fait pas prier pour doubler le serbe bien retenu par la caravane qu’il traine. D’un centre millimétré, il sert parfaitement Majeed Waris à l’affut dans la surface. Ruffier est alors battu à bout portant. Cette égalisation à la 70ème minute viendra sceller la rencontre puisque malgré les quelques occasions, notamment stéphanoises, en fin de rencontre, aucune équipe n’est parvenu à arracher la victoire.

Au classement, ce match nul n’est pas vraiment une belle opération pour les Verts. Devant, la 3ème place détenu par les Lyonnais reste à 3 points mais juste derrière les Verts se trouve en embuscade Strasbourg à 2 points. L’ASSE devra donc absolument faire le nécessaire pour conserver ces distances avec la concurrence face à cette même équipe de Strasbourg qui se déplace dans le Chaudron pour la 23ème journée de Ligue 1 Conforama.

Au delà du côté sportif et compétitif, on ne peut que souligner et féliciter les acteurs qui font vivre le FC Nantes pour l’hommage rendu à Emiliano Sala. ANIMO EMI !

Retrouvez ici le vibrant hommage qui a débuté durant l’avant-match et s’est prolongé jusqu’au coup d’envoi :