Pour la première fois de sa jeune carrière, Lucas Pouille s’est qualifié en demi-finale d’un tournoi du Grand Chelem. Après avoir vécu deux quarts de finale en 2016, le Français va connaître la joie du dernier carré. Vendredi, à Melbourne, le nouveau poulain d’Amélie Mauresmo va jouer le match le plus important de sa carrière.


Qui aurait pu imaginer Lucas Pouille en demi-finale de l’Open d’Australie ? Après une saison 2018 difficile et un début d’année 2019 délicat avec quatre défaites au compteur, le Français était loin d’être le joueur avec la plus petite côte dans les allées de Melbourne. Pourtant, le Français a déjoué les pronostics pour rejoindre les demi-finales de l’Open d’Australie. Avant cet opus 2019, Pouille n’avait jamais gagné un match à Melbourne et le voilà déjà à cinq victoires en l’espace de dix jours. C’est une sorte de métamorphose qui arrive à Lucas Pouille en ce moment. Après une saison 2018 plus que difficile, il fallait que le joueur tricolore change des choses pour retrouver les sommets. Ayant passé une bonne partie de sa carrière avec Manu Planque, le Français a décidé de s’en séparer en fin de saison dernière pour finalement appeler Amélie Mauresmo et Loïc Courteau à la rescousse. Ils ne font pas des miracles, mais Amélie Mauresmo a apporté du sang neuf à Lucas Pouille. Ce petit changement a permis au Français de retrouver de l’envie et de l’ambition. Amélie Mauresmo est également bien habituée au haut niveau, elle connaît les matchs à forts enjeux, elle a su trouver les bons mots pour redonner de l’envie à Lucas Pouille et lui faire retrouver sa confiance. Ayant énormément travaillé pendant l’hiver, le joueur Français a également perdu cinq kilos. Le tricolore est également revenu à son cordage de 2016, c’est ce qu’il a affirmé en conférence de presse, et il semble visiblement bien plus à l’aise avec ce cordage là plutôt qu’avec le boyau qu’il avait la saison précédente.

Tous ces changements ont permis à Lucas Pouille de retrouver la confiance et puis match par match, le Français s’est sorti de différentes situations pour finalement venir à bout de gros calibres comme Borna Coric ou Milos Raonic. Deux joueurs qu’il n’avait jamais battu auparavant.

Toutefois, vendredi, Pouille sera face au défi Djokovic. “Excité” comme il l’a annoncé au micro d’Eurosport, le joueur de 24 ans sait qu’il faut passer par là s’il veut gagner le tournoi. Cependant, Novak Djokovic et Lucas Pouille ne se sont jamais affrontés. Sans expérience, Pouille devrait aborder ce match avec un peu de pression, contrairement à un Djokovic qui jouera sa 34ème demi-finale de Grand Chelem. En terme de temps passé sur le court, le numéro un mondial a joué 10h36, contrairement à son adversaire qui a cavalé durant 15h07.

Il est bien évident que Novak Djokovic, sextuple vainqueur à Melbourne, est le favori de ce match. Toutefois, malgré un parcours sans trop d’embûches, le Serbe ne semble pas être le meilleur Djokovic que l’on ait connu. Ayant perdu un set contre Denis Shapovalov, “Nole” a connu une petite baisse de concentration sur son match. Et après 3h30 de jeu contre Daniil Medvedev, Djokovic semblait à bout de souffle… Bien que sa régularité, sa cadence et son jeu soient toujours là, il semblerait qu’une petite miette puisse venir dérégler la machine… Cette miette pourrait-elle être Lucas Pouille ? Peut-être. Toutefois, c’est au service que le Français s’est distingué avec 84% de points gagnés derrière sa première face à Raonic et 83% contre Coric. Au retour également, Pouille a franchi un cap, le tricolore s’est procuré 14 balles de break contre le Canadien. Néanmoins, Djokovic est un tout autre client. Le Serbe, meilleur relanceur du monde, va retourner bien plus souvent le Français et la clé du match sera bel et bien là. Le numéro un mondial semble peut-être moins souverain, il reste néanmoins une énorme menace. Et malgré la bonne confiance de Lucas Pouille, sa qualification en finale serait un bel exploit !