Présent en conférence de presse en ce début d’après-midi, Jean-Louis Gasset s’est enfin exprimé sur la situation de son milieu de terrain, Olé Selnaes. L’entraîneur Stéphanois a également évoqué les récentes arrivées d’Aït Bennasser et de Vada avant de se pencher sur la prochaine rencontre face au très en forme Racing Club de Strasbourg. 

Gasset a tout d’abord expliqué ne pas en vouloir à son joueur Norvégien : “Olé Selnaes est venu s’excuser de son comportement. Le prendre en stage était logique. Mais, le joueur était perturbé par la situation. Je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait mais je ne lui en veux pas.” Puis, dans des propos recueillis par Anthony Perrel, il a tout de même mis les choses au claire et annoncé qu’il ne compterait plus sur lui : “Fréderic Paquet est venu parler mercato. Moi je vais parler sportif avec l’équipe que j’ai jusqu’à la fin de la saison. J’ai noté les noms des joueurs sur un tableau” Concernant celui de Selnaes c’est un “non” définitif. Nous ne verrons donc surement plus Selnaes sous le maillot Vert cette saison. L’entraîneur Forézien a ensuite évoqué les inconvénients de cette affaire : “D’un point de vue sportif, ce sont des mois de travail foutus en l’air. Dans l’entrejeu, il y avait des automatismes avec Olé”.

Concernant les deux nouveaux joueurs qui intégreront sont effectif, Gasset a été assez claire : “J’ai expliqué à Valentin Vada et Youssef Aït Bennasser qu’ils arrivaient dans un groupe avec de grands professionnels. Je compte sur eux dès ce week-end.”. Il a également donné quelques informations concernant le retour de Mathieu Debuchy : “Je vais considérer que Mathieu Debuchy est un nouveau joueur après son absence. Je me languis qu’il revienne. Surtout quand je vois ce qu’il montre à l’entraînement. Il va me régler pas mal de problèmes car c’est un très grand pro.” Le natif de Montpellier a terminé en revenant sur la rencontre spéciale face à Nantes et le match difficile à venir contre Strasbourg : “Quand vous voyez tout un stade qui chante le nom d’un gamin et, quand vous vous retournez, vous voyez des gens qui pleurent vous avez juste envie que le match se termine. Le football, c’est la fête. Et, mercredi, ce n’était pas la fête. Concernant Strasbourg, ce n’est pas qu’une équipe athlétique. Je trouve que leur recrutement est extrêmement intelligent. Ils ont quelques joueurs qui intéresseront plusieurs grands clubs français. Thierry Laurey ? Je le connais bien. Il est jeune et surtout plein d’idée.”