Originaire du Roannais, Romain Barge évolue depuis dix ans sous le maillot de l’ASF Andrézieux-Bouthéon avec qui il a tout connu.

C’est l’une des belles histoires de notre département. Avant de disputer un 1/32e de finale de Coupe de France contre l’Olympique de Marseille à Geoffroy-Guichard, Romain Barge a traversé de multiples épreuves pour y parvenir. C’est sur les hauteurs du nord de la Loire, à la Pacaudière, que le jeune Roannais effectue ses premiers mouvements avec le ballon rond. Pur passionné de football, il joue ses premiers matchs très tôt. Suite à la séparation de ses parents, il défend les couleurs de Saint-Romain-la-Motte avant d’être repéré par Loire Nord, désormais appelé Roannais Foot 42.

De Roanne à Andrézieux

Cependant, un événement va bouleverser sa vie. En rentrant d’une détection, le joueur apprend la disparition de son père. « Je pense qu’il aurait été fier de ce que j’ai accompli, j’aurais aimé qu’il voie ce que j’ai pu établir dans ma vie de footballeur à mon niveau ». L’homme, très attaché à sa famille, se construit un mental à toute épreuve. Lors d’un match amical contre l’ASSE avec le RF42, il décroche un essai dans le club stéphanois. Si celui-ci ne s’est pas avéré concluant, Romain Barge est contacté dans la foulée par Stéphane Santini, entraîneur de l’ASF. « J’ai fait un test là-bas qui s’est très bien passé, les joueurs ont été très sympas avec moi. J’ai adhéré tout de suite ». Le Roannais signe dans le Forez. L’histoire d’amour entre le club et le joueur démarre.

 

 

Premier match, première blessure

Pour son premier match en CFA (aujourd’hui N2) au Pontet, il est titularisé en pointe d’entrée de jeu et va vivre une première expérience inédite. « On me chambrait en me disant que je n’étais plus à la Pacaudière, qu’il y aurait des contacts. Au bout de quelques minutes je prends un coup de coude qui m’ouvre le crâne et je termine le match avec un bandage sur la tête » explique-t-il désormais amusé de cet épisode. L’histoire ensuite, on la connaît. Romain Barge va devenir au fur et à mesure des années un cadre de l’équipe. Il descend avec le club, dès sa première saison, en N3. « Cela a été compliqué, on n’arrivait pas à remonter et on a même failli redescendre en division régionale ». Il a fallu attendre 2016 pour revoir Andrézieux en Championnat de France Amateur.

« Ici, j’ai tout ce qu’il me faut »

Cette montée est d’ailleurs l’un des meilleurs souvenirs de Romain Barge. « On a vécu quelque chose de fort avec le groupe, comme une bande de potes. On a souffert ensemble mais c’était une super saison ». Depuis, l’ASF maintient le cap en N2 avec des ambitions d’aller chercher une place en National dans les prochaines années. Si le joueur a déjà eu des propositions pour aller jouer ailleurs, il affirme se sentir bien dans le Forez. « Pour moi, le cadre autour du foot est primordial. Gagner un peu plus ne m’intéresse pas si je ne suis pas bien dans mes baskets. Ici, j’ai tout ce qu’il me faut ». A 30 ans, Romain Barge vit désormais du football. Ancien surveillant dans un collège et titulaire d’un diplôme en STAPS, il commence à réfléchir à l’après-carrière. En attendant, il reste au Roannais encore de belles années devant lui et quelques objectifs à atteindre.