Andrézieux va devenir un club professionnel. C’est parce qu’il a été « contrarié par la non accession en National la saison dernière, après y avoir longtemps cru », que le maire de la ville, Jean-Claude Schalk a accéléré le processus.

Parce qu’aussi il a le souvenir d’être passé tout près d’une relégation en honneur, l’accident industriel, « A un quart d’heure près», alors qu’il terminait tout juste le stade de l’Envol, un bijou digne d’un club de L2. Et voilà justement son objectif !

Il l’a révélé hier lors d’un point presse quelques minutes après un changement de président, Philippe Pradier, succédant à Christophe Pereira. Une surprise ? A moitié car ce dernier avait annoncé au maire qu’il faisait là sa dernière saison « Parce que depuis quatre ans, j’ai amené tout ce que je pouvais ». S’il ne peut faire plus aujourd’hui, il rassure « Je continuerai à soutenir le club. »

Place donc au grand changement symbolisé par l’arrivée de François Clerc aux commandes d’une SASP avec un comité stratégique de neuf personnes et des investisseurs parmi lesquels Jean-Louis Desjoyaux et Norbert Beaulaigue.

Retrouver l’ancien vert à ce poste n’est pas un hasard « Je suis un grand passionné de football, mais plus intéressé par la globalité d’un club que par le terrain. Nous sommes aujourd’hui dans une phase de réflexion avec des audits. Ma volonté est de renforcer l’image du club, travailler au niveau des jeunes, des éducateurs. Nous avons les infrastructures. L’idée est de recruter dans le sérail et de récupérer des jeunes de centres de formation. »

Jean-Claude Schalk met bien en avant le fait que l’on ne part pas de rien avec 560 licenciés, des équipes qui évoluent toutes à un bon niveau et il dit vouloir « s’appuyer ses les acquis, Stéphane Basson, Fabrice Flotte, un club de partenaires locaux, en plus de François Clerc, un homme normal ».

L’ancien Vert lui a été recommandé par Stéphane Tessier, ancien directeur général de l’ASSE « très heureux de rendre service à ma ville, Andrézieux » et avec lequel le maire dit « On a avancé masqué ». Désormais, ils sont à découvert, avec un objectif, la L2 « et une première étape à franchir très vite », ambitionne Jean-Claude Schalk.

Didier Bigard