Elle vient d’annoncer sa retraite après huit années passées au Roannais Basket Féminin. Caroline Buchet a pris la difficile décision d’arrêter sa carrière de basketteuse. Nous lui avons posé quelques questions, histoire de boucler la boucle…

Quels sont les premiers souvenirs que tu gardes de tes débuts avec les Pink Ladies ?

“Je suis arrivée lors de la saison 2011-2012 sous la houlette de Denis Lacroix. L’équipe accédait tout juste à la NF2. Mon premier match officiel avec cette équipe fut celui contre Ronchin BC à la Glacière, au Coteau. J’étais venue au RCRBF (l’ancien RBF) car le projet était d’accéder en NF1 à l’horizon 2015. Le projet sportif me plaisait. Je jouais en NF3 dans le Jura avant et l’équipe allait redescendre en Pré-National. Je me suis dit que je pouvais tenter l’expérience à Roanne, qui est une terre de basket. J’ai longuement hésité puis finalement je suis venue !”

Pourquoi être restée si longtemps au RBF ?

“Je suis restée longtemps parce que le projet me plaisait, que le club se développait et surtout que j’étais bien ici autant sur le plan basket que pour les études. En arrivant en 2011, j’ai été super bien accueillie et rebaptisée Charlotte (rires). Après la déroute en Ligue 2 j’ai hésité à arrêter mais je me suis dit que je ne pouvais pas rester sur une année comme ça…”

Quel est ton meilleur souvenir ? 

“Mon meilleur souvenir restera le dernier match à la Halle Vacheresse de la saison 2015-2016. On sait déjà qu’on est Championnes de NF1 et qu’il y a plus de 4 500 personnes dans la salle. Une véritable communion avec le public pour fêter ce titre !”

 

L’avenir, qu’en est-il pour toi ?

“Concernant l’avenir pour l’instant, je ne sais pas trop… Beaucoup de gens m’ont posé la question : mais ça ne va pas te manquer ? Franchement à ce jour je ne sais pas. Peut être une année tranquille, pour profiter aussi un peu plus de ma famille et prendre de vraies vacances. Le coaching m’intéresse ou peut-être faire un autre sport. En tout cas je reste impliquée dans l’association du Pink Basket Training Camp !”

 

Crédit Photo : Jean-Michel Lareure