Les Raptors de Toronto ont battu les Warriors de Golden State lors du match 1 des finales NBA (118 à 109). Dominants, les locaux n’ont jamais laissé espérer les compères de Steph Curry. 

Les finales NBA 2018-2019 démarraient cette nuit au Canada. Une affiche inédite opposant la franchise canadienne de Toronto aux Warriors de Golden State. Excitante à souhait, cette première confrontation a tenu toutes ses promesses.

 

Les “Dinos” s’adaptent bien

 

Dans une Scotiabank Arena chauffée à blanc, le premier quart-temps a été le lieu d’une véritable pluie de 3pts (24 tentés). Alors que l’on attendait Steph Curry and Co dans ce domaine, les 12 premiers points des “Dinos” ont été inscrits de longue distance. Tel est pris qui croyait prendre.

Sur un rythme effréné, les défenses ont rapidement pris le pas sur les attaques. The Klaw, d’abord bâillonné par les bonnes prises à deux des joueurs de Steve Kerr, a fait le nécessaire pour servir ses coéquipiers. Résultat, le nouveau papa Fred VanVleet et le vétéran hispanique Marc Gasol assurent et compilent 21 points à la mi-temps. Durant ces 24 premières minutes, le géant Espagnol a été omniprésent. Sérieux au rebond, présent sur l’homme, solide au shoot, l’ancien grizzli a su prendre les choses en main pour porter son équipe en début de rencontre. De leur côté les Warriors, eux, s’appuyaient sur la réussite de leur meneur (13 pts à la mi-temps) pour rester au contact 59-49.

Au retour des vestiaires, le secteur intérieur s’est confirmé comme étant l’aspect clef de ce game 1. Kevin Looney et Draymond Green n’ont pas su peser face aux deux monstres canadiens. 20 points pour Gasol, 32 pour Siakam, les “big men” canadiens ont marché sur la raquette de la bay d’Okland. Pour son retour Demarcus Cousins n’a joué que 8 minutes.

Jamais complètement distancés, les Warriors auraient pu croire à la victoire s’ils n’avaient pas perdu autant de balles (15). Précipités, ils n’ont jamais pu mettre en place leur jeu. Cette nuit, le contrôle et la domination étaient québécoises. A l’image du shoot hasardeux de Vanvleet à 3 minutes du terme, même quand les “bleu et or” semblaient revenir au score, tout fonctionnait côté Raptors. Rien ne pouvait contrecarrer les plans de Nick Nurse (entraîneur Toronto).

 

le T-Rex Siakam s’envole vers le MIP

 

Auteur d’un match XXL, le Camerounais a été l’un des éléments fondateurs de la victoire des locaux. Pour son premier match de finales NBA en carrière, le futur MIP affiche une ligne de stat’ impressionnante : 30 points à 13 sur 15, 5 passes, 8 rebonds et 2 contres. En plus d’être efficace, l’ailier fort a su être “clutch”. Lors du troisième quart, alors que Klay Thompson et les siens revenaient dans le match, Pascal Siakam marque 14 points dans ce seul QT pour maintenir l’écart. A 6 minutes du terme, il claque un block décisif pour calmer les ardeurs des champions en titre. Dans la dernière minute, il plante le shoot pour sceller la victoire. Juste grand !

Pour ce premier match de finales NBA hors Etat-Unis, le public répondit présent, le jeu fut là. Véritablement lancée, cette série nous réserve encore de belles surprises et il sera intéressant de voir comment Toronto gérera une situation historique.