Cette édition 2019 du Critérium du Dauphiné a tenu toutes ses promesses. Entre météo capricieuse, contre-la-montre fatal et haute montagne, nous avons été servis. Retour sur une course pleine d’enseignements.


D’abord, le plus évident. Christopher Froome ne gagnera pas le Tour de France 2019. Victime d’une terrible chute sur le contre-la-montre de Roanne. Le quadruple vainqueur de l’épreuve souffre de multiples fractures. Son équipe, Ineos, se retrouve sans leader désigné. Outre Geraint Thomas, tenant du titre, Egan Bernal, la jeune pépite de l’équipe britannique semble être en positon pour avoir ce statut en juillet prochain. 

Du côté tricolore, le bilan est contrasté. Julian Alaphilippe a tenu son rang de numéro 1 mondial. Avec une victoire à Saint-Michel-de-Maurienne et le classement de la Montagne, c’est une semaine réussie. En jambes, le cycliste de la QuickStep peut nourrir de réelles ambitions sur le Tour. Une étape et le maillot jaune en première semaine sont envisageable. Bardet, lui, reste en terre inconnue. Poussif, l’Auvergnat n’a pas rassuré, mais rien d’alarmant. 10ème à 1’38 de Jakob Fuglsang, il n’a pas influé sur l’épreuve. Il faudra attendre Juillet pour juger l’état de forme du leader d’Ag2r La mondiale. Enfin, Thibault Pinot parait en forme. 5ème à 33 secondes du vainqueur, il a tenté de dynamiter plusieurs fois le groupe des favoris sur l’étape reine samedi. Véritable acteur sur les routes rhônalpines, il sera un outsider sérieux sur le Tour, un podium voire la victoire finale est imaginable. 

Le vainqueur, Jakob Fuglsang réussit le gros coup de la semaine. En remportant son deuxième Dauphiné, il revient dans les discussions pour le général du Tour. Cependant, le Danois connaît bien trop le Tour pour se voir déjà triompher sur les Champs-Elysées. Difficile de savoir si le coureur de 34 ans aura les jambes pour tenir la cadence trois semaines. 

Une chose est sûre. Ces 7 jours nous ont mis l’eau à la bouche en attendant le départ du Tour de France le 6 juillet prochain.