Après plusieurs saisons passées au Roannais Basket Féminin, Léonore Duchez et Maryne Reolid vont quitter le Roannais dans les prochains jours pour rejoindre Anglet. 

  • Quel est… votre moment le plus marquant au RBF ?

M.R. : “L’entrée contre Le Havre en playoffs NF1 était sensationnelle. La victoire à Voiron lors de notre première saison. Après le drame qu’a connue Laura (Dimithé), on est parti à Voiron sans aucune envie. On prend l’eau en première mi-temps, 20 points de retard, et on à fait une deuxième mi-temps monstrueuse. Tout le monde a pleuré à la fin du match, on s’est tombé dans les bras. C’était une charge émotionnelle intense. A ce moment-là, on s’est rendu compte qu’on était bien plus soudées que ce qu’on pouvait imaginer”

L.D. : “C’est vrai que le match contre Le Havre est un souvenir inoubliable pour celles qui l’ont vécu. Celui contre La Tronche l’année de notre arrivée où l’on remplit pour la première fois le Palais des Sports. L’ambiance était juste étouffante et dingue dans cette petite salle”

  • Quel est… votre meilleur souvenir à Roanne ?

M.R. : “Pour moi le match le plus marquant c’est le match du Havre à Vacheresse la première saison en playoffs NF1. Première rencontre officielle à la Halle Vacheresse pour le club devant 4000 personnes ça ne s’oublie pas. Le match a été exceptionnel mais surtout parfait, tout ce que nous avions planifié a fonctionné”

L.D. : “Le clapping à Bercy lors de la finale du Trophée Coupe de France en 2016. Il y avait une vague rose dans les tribunes c’était exceptionnel. Puis lors du match contre Le Havre quand je reviens du speech de début de match que je rentre sur le terrain et qu’en 20 minutes Vacheresse s’était remplit. Je suis restée un moment sans savoir où j’étais…”

  • Quel est… votre panier à ne pas oublier ?

M.R. : “J’ai le souvenir de paniers importants mais pas décisifs. Je me souviens l’année passée d’une série de shoots à 3 points contre Limoges, sur quatre actions successives, qui nous ont permis de prendre l’air sur un match difficile où l’on arrivait pas à prendre l’avantage.  Rentrer quatre tirs à 3 points consécutifs avec quatre coéquipières différentes qui me font la passe ça n’arrive pas tous les jours !”

L.D. : “Pour ma part ce sont mes deux lancers-francs qui nous font gagner à domicile contre Reims en Ligue 2. Je subis une faute après le buzzer et l’arbitre me donne deux lancers, nous sommes à un point de l’adversaire. Je mets les deux et nous gagnons d’un point”