Médaillée de bronze lors de la dernière Coupe du Monde 3×3 avec l’Equipe de France, Ana Maria Filip revient avec nous sur ce parcours (presque) doré.

Comment as-tu vécu ton aventure aux Pays-Bas ?

“C’était une très belle expérience même si je connaissais déjà car on y avait joué pour la Coupe d’Europe 3×3 il y a deux ans. C’était bizarre de revenir dans le même décor mais c’était différent car l’expérience humaine et sportive était tout autre.”

Est-ce qu’il y a de la frustration au vu de la demi-finale ?

“Oui, la demi-finale est un peu difficile à digérer mais au plus haut niveau tu dois être présent à l instant T et on a un peu subi l’événement. Cependant on a su très bien rebondir le match d’après et c’est ce qui compte”

Pourquoi avoir décidé de prendre part à l’aventure en 3×3 ?

“J’avais envie d’essayer autre chose, une autre facette du basket pour sortir un peu de la routine que j’avais avec le 5×5. J’en suis très contente car c’est très enrichissant humainement et sportivement. Le 3×3 c’est un peu comme une grande famille. Il y a beaucoup de choses qui se mettent en place et cela bouge très rapidement car c’est une discipline qui commence à porter de l’intérêt. Il va y avoir un championnat national d’ici 2020 qui va être mis en place. Des tournois commencent à voir le jour un peu partout en France et dans le monde. Cet été il y a une World Women Série qui s’est créé pour les femmes avec des stops un peu partout. Cela évolue très rapidement donc il faut rester très attentif concernant les informations qui vont tomber au compte goutte. En ce qui concerne la médiatisation au niveau national nous sommes (joueurs) toutes et tous concernés. On communique via les réseaux sociaux on en parle autour de nous, c’est comme cela que ça prendra de l’ampleur”