L’Andrézieux-Bouthéon Badminton Club a été créé il y a 10 ans tout juste. En cette année d’anniversaire, un petit coup d’œil en arrière semblait judicieux tant l’évolution a été impressionnante. De 40 adhérents, le club en comptait l’année dernière près de 160. Cette année, la structure va même mettre en place un éveil sportif pour les très jeunes enfants, chose rarissime dans le département pour le badminton. Nous avons donc interviewé Philippe Solages, vice président du club et présent dans l’organigramme à la création de l’ABBC.

 

Comment expliquer un telle évolution du club en 10 ans ?

P.S : L’évolution s’est faite naturellement en fait. Nous n’avons rien forcé et c’est en mettant en place de petites choses chaque année sans brusquer l’organisation du club que nous avons réussi à être au point ou nous en sommes aujourd’hui. Nous avons aussi toujours fait en sorte de garder notre credo, le plaisir de jouer. Il faut qu’il y en ai pour tout le monde et c’est aussi grâce à ça que nous avons grandi.

Le succès de l’école de badminton a t-elle aidé ?

P.S : Bien évidemment ! Elle est une des bases de notre réussite, nous l’avons lancé en septembre 2017. A l’époque il y avait 24 jeunes avec des créneaux d’entraînements pour eux et la venue d’un coach diplômé. L’année dernière, ils étaient 60 et cette année avec la création de l’éveil sportif pour les enfants de 3 à 5 ans, le nombre risque encore d’augmenter. On peut se le permettre puisque la mairie suit bien notre projet et nous avons débloquer de nouvelles plages horaires.

Pourquoi lancer un éveil sportif ?

P.S : Tout simplement parce que c’est très rare. Dans le département, je crois que ça n’existe que très peu donc c’est l’occasion de lancer quelque chose d’inédit. On aura une personne supplémentaire qui sera dédié aux jeunes enfants et qui pourra faire les choses bien. Et puis surtout la promotion du badminton passe par les enfants donc autant les faire essayer très jeunes pour qu’ils en parlent ensuite. Le bouche à oreille, c’est très important.

Le bouche à oreille, c’est ce qui vous a permis d’être un des plus gros clubs de badminton de la Loire ?

P.S : Il y a encore des plus gros que nous (Roanne, Sorbiers, Firminy, Montbrison, Saint-Chamond) mais on est dans les tops club de la Loire en terme de licenciés. Pour nous ce n’est pas vraiment l’objectif. Evidemment, le club a grossi, donc on voit d’autres choses qu’au début mais c’est toujours l’envie et le plaisir de jouer qui nous anime. Les gens nous rejoignent effectivement pour le projet et cette devise qui n’a pas changé en 10 ans.

Parlons des objectifs, quels sont-ils ?

P.S : Du point de vue sportif, c’est de faire monter une équipe d’interclubs au niveau régional. Pour l’instant, ils sont au plus haut échelon départemental et ont raté la montée de peu l’année dernière (3eme sur 8, seules les deux premières places sont qualificatives ndlr) et vont être renforcés cette année. Ensuite c’est par l’école de badminton et les jeunes pousses que l’on pourra aller encore plus haut. Il faut former le vivier que l’on a à disposition car c’est grâce à eux que l’on pourra monter encore en niveau.

Et du point de vue structurel ?

P.S : Financièrement, nous sommes sain mais si un sponsor arrive du jour au lendemain, évidemment que nous allons l’accepter. L’objectif est surtout de se structurer encore plus, le bureau est important et les tâches sont bien définies mais nous pouvons encore faire mieux. Nous réfléchissons à l’embauche d’un coach qui sera salarié chez nous, cela devra arriver à un moment ou à un autre.

Pour finir, une question ouverte sur le badminton du point de vue général, que pensez-vous de l’évolution de ce sport ?

P.S : Médiatiquement, il y a eu une petite évolution. Aujourd’hui, on en voit un peu à la télé, avant on en voyait pas du tout. C’est surtout au niveau des consciences que cela a changé. Les gens ont toujours vu le badminton comme “un sport de plage”, de loisirs. Aujourd’hui il y a deux facteurs qui montrent que ça change, les enfants dans un premier temps. Ils en parlent à leurs parents et aux autres enfants et de fait les consciences évoluent. Il y a aussi les structures de loisirs comme le Club 42 à Andrézieux. Les gens essaient et finissent par jouer très souvent ce qui leur donne envie de s’inscrire. Il faut savoir que le badminton est le 3eme sport écolier, ce n’est pas pour rien.

10 ans déjà et certainement une des plus belles évolutions d’un club de badminton dans la Loire. Et surtout un des derniers créés dans le département. L’histoire est belle.