Crédits photo : facebook Loire Nord Tennis de Table 

 

La saison terminée, Parlons Sports est allé à la rencontre du nouveau président du LNTT, Yannick Berthier. Pour sa première année à la tête du club, les résultats sont convaincants et l’objectif du maintien est atteint.  


Parlons Sports : Quel regard portez-vous sur la saison de l’équipe première du LNTT ? 

 

Yannick Berthier : C’est une saison plutôt réussie. On arrive à se maintenir en terminant cinquième sans notre deuxième plus gros joueur blessé pendant une bonne partie de la saison (Ibrahima Diaw). C’est une bonne chose, ce n’était pas gagné, mais les joueurs ont bien réagi. On était un peu court en terme d’effectif cette année. On espère se baser sur 3 joueurs compétitifs en PRO B l’année prochaine. D’abord avec Paul Gauzy, numéro 56 FFTTYaroslav Zhmundenko, 178e mondial, à Roanne il y a 2 saisons désirait revenir dans la Loire. On pourra aussi compter sur Dorian Zheng, qui revient tout juste des “Europe” junior. Autour D’Ibrahima Diaw, l’équipe peut bien marcher. 

 

PS : Qui composera alors l’équipe de N2 ? 

 

YB :Nous avons décidé de scratcher la Nationale 2. Avec les départs, les obligations internationales de Dorian Zheng et l’agenda d’entraîneur de Jérôme Bahaud très chargé, il était impossible de présenter une équipe pouvant batailler en N3. On garde cependant la pré-nationale, qui sera composée de Yan, Clément Berthier, Rémi Dessemond et Timothée Blicher Thomann. L’objectif ici de retrouver le niveau supérieur.

 

PS :Venons-en à Clément, votre fils, que tirez-vous de son exercice 2018/2019 ? 

 

YB : Je pense qu’il a énormément progressé techniquement et cela s’est vu en valide, sur la longueur. Au classement, il a dû prendre 180 points FFTT, il est aujourd’hui un bon 18. En handisport, il a eu un peu plus de mal, notamment sur les championnats de France jeunes où il termine 3ème. Cet été, il sera en stage avec l’équipe de France en attendant la sélection des joueurs pour les Europe en septembre prochain. Les Jeux de Tokyo seront trop durs à aller chercher, mais Paris 2024 reste envisageable !