À 32 ans, Stéphane Ruffier n’a plus rien à prouver en Ligue 1 Conforama. Après 14 saison dans l’élite du football français dont 8 à l’AS Saint-Étienne, il s’apprête à défendre pour un nouvel exercice sa forteresse qu’est Geoffroy Guichard. Qu’en était-il de son parcours avant d’arriver dans le Forez ?


Originaire du Pays Basque, le petit Stéphane ne tombera finalement ni dans la pelote basque, ni dans le rugby. C’est au football qu’il trouvera sa première passion à l’âge de 6 ans au sein de l’Aviron Bayonnais. De par sa grande taille il débutera alors au poste d’attaquant avant de réclamer de sa propre volonté à devenir le dernier rempart de son équipe.

Recalé après des essais au sein du Montpellier HSC à l’âge de 12 ans, il sera finalement repéré et réclamé par la cellule de recrutement de l’AS Monaco deux ans plus tard. Profil apprécié de Didier Deschamps alors entraineur sur le Rocher, Ruffier sera prêté un an à son premier club évoluant alors en National pour l’exercice 2005-2006. À son retour dans la principauté, il sera contraint d’évoluer avec la réserve, le poste en équipe première est verrouillé par l’étincelant Flavio Roma. Il réussira tout de même à porter les couleurs de son équipe à trois reprises en Coupe de France.

En 2007 c’est la découverte de l’équipe nationale puisqu’il profite d’une blessure d’Hugo Lloris pour rejoindre les espoirs de l’Équipe de France dans le cadre des matchs de qualification à l’EURO espoirs 2009. En club, cette même saison, il jouera une douzaine de match avec l’ASM dont une dizaine en Ligue 1.

Ce gain de confiance fait que lors de la saison 2008-2009 il devient le numéro 1 dans la hiérarchie devant Flavio Roma. Une place qui sera remise en cause après une blessure en novembre qui l’éloigne des terrains pour 5 semaines. Coup du destin Roma se blesse à son tour obligeant alors l’ASM à faire appel à son troisième gardien Thuram-Ulien. En toute logique, à son retour en décembre, Ruffier reprend ses droits dans le but monégasque.

Lors du mercato estival en 2009, il est courtisé par de nombreux clubs français comme Bordeaux, Lille ou le PSG mais restera finalement sur le Rocher. La raison ? Guy Lacombe qui arrive à la tête de l’équipe ne souhaite pas voir partir les jeunes éléments prometteurs dont Ruffier fait partie avec Nimani, Mollo et Mongongu. Une décision qui aura des bonnes conséquences puisque le portier sera un des éléments clés de la saison monégasque où le club terminera 8ème avec 1,18 buts encaissés par match. Durant le mondial 2010, il rejoint le groupe français en Afrique du Sud suite à la blessure de Carrasso mais sera interdit de figurer sur les feuilles de match suite à une décision de la FIFA.

La saison suivante (2010-2011) le club termine 18ème et chute en Ligue 2 avec Lens et Arles-Avignon. Le club, en difficulté, ne peut réellement retenir certains éléments de son effectif dont Stéphane Ruffier. Le portier fait ses valises (pour la somme de 3 millions d’euros hors bonus) et prend la direction de l’ASSE où Jérémie Janot était encore numéro 1. Au lendemain de son officialisation, l’entraineur Christophe Galtier met les points sur les i : Ruffier sera le gardien numéro 1.

Depuis cette date et uniquement en championnat, Ruffier cumule 327 apparitions pour 331 buts encaissés, 680 arrêts et 688 parades. Nul doute que Stéphane Ruffier fait aujourd’hui partie des plus grands joueurs ayant évolué sous le maillot vert sachant que son histoire dans le Forez n’est pas terminée.