On pourrait s’asseoir pendant des heures à parler basket en général ou plus précisément du club où il est co-président, nous sommes allés à la rencontre de Pierre Vacher pour nous faire redécouvrir le Roannais Basket Féminin, les objectifs du club et ce qui fait de ce club un des piliers de la progression du basket féminin dans l’agglomération roannaise et au delà.


Si la reprise n’a lieu que le 12 août, le club ne s’arrête jamais de fonctionner. La machine bien rodée travaille dans l’ombre pour assurer au club d’être toujours le plus accessible et le plus engagé possible dans le bassin local. Le board du Roannais Basket Féminin a posé les fondations du club en ciblant 3 axes capitales pour assurer sa pérennité au haut niveau.

La recherche d’équilibre pour assurer la montée

Si le club n’avait par le passé pas vraiment anticipée la magnifique saison de 2015-2016 où les joueuses d’Olivier Hirsch se sont à la fois imposées en Coupe de France mais également en Championnat N1 avant de redescendre de LF2 dès la saison suivante, désormais tout est dans les esprits. Le club a signé en mai dernier un contrat d’objectif avec le Roannais Agglomération (valable 4 ans) dans le but d’aider du mieux possible le club à retrouver la deuxième division française et de s’y installer. Un parcours qui ne sera bien évidemment pas de tout repos car les Roannaises s’apprêtent à retrouver pas moins de 5 à 6 équipes possédant ce même objectif si leur poule de National ne change pas vraiment par rapport à l’exercice précédent.

Le club a su trouver la recette en équilibrant jeunesse et expérience au sein de son effectif qui devrait être le plus jeune cette année avec celui de la réserve de Lyon-ASVEL (actuellement 6 joueuses ont entre 16 et 20 ans). Une volonté du club qui découle à la fois d’un long processus de formation mais également d’une obligation liée au règlement puisque si le club retrouve la LF2, il devra compter au minimum 3 joueuses de moins de 23 ans dans son effectif.

Un pôle formation ambitieux et investi

Si le club ne comptait “que” 50 licenciés il y a 4 ans, il a connu une belle croissance et en compte désormais au moins 130 à l’aube de cette saison 2019-2020. Le RBF cherche en toute modestie à participer à l’avenir du basket français et à déjà vu plusieurs de ces éléments évoluer avec les sélections nationales comme Maïa Hirsch avec les U16, Laureline Daresse, Eloïse Pavrette et Dorcas Nganfina avec la sélection U15 ou encore Alix Duchet et Ana Maria Filip avec l’Équipe de France A. Si le club conserve quelques une de ces tranches d’âge à un niveau régional ou départemental, plusieurs évolueront au plus haut niveau de leur catégorie et voyageront dans toutes la région Auvergne Rhône-Alpes.

Le club est également le seul du Lyonnais avec Lyon-ASVEL à posséder une section U15 et U18 élite. Afin de partager cette passion du basket, le club a également mis en place un partenariat avec la Ville de Roanne et différents centres sociaux afin de mettre des demi-journées découverte du basket pour les vacances de la Toussaint, de Février et Pâques pour les 6-11 ans ainsi que des stages de 3 jours pour les 11-13 ans. Les lieux et partenaires de ce projet seront dévoilés sous peu dès que tout sera assuré et officialisé par les entités présentes autour de ce beau projet.

L’événementiel comme tisseur de lien social

Ce n’est pas un secret : C’est en réalisant de beaux événements qu’on attire le regard et la curiosité. Le RBF est conscient de cela et s’apprête à organiser pour l’exercice à venir la seconde édition de l’Open Plus 3×3 qui s’était déroulé du 31 mai au 2 juin cette année sur l’esplanade du Boulevard de Belgique. Le club est également candidat pour la réception de finale régionale et départementale cette saison et communiquera dès qu’ils auront la réponse sur ces événements. Fidèle à ses valeurs, on retrouvera également des éditions de tournois comme celui en hommage à Jean Pierre Poyer dit “JPP” ou divers tournois ponctuels durant la saison.

Date importante à retenir : Le 27 septembre. Pourquoi ? Car le RBF s’apprête à accueillir un match amical entre le Lyon ASVEL et Bourges au sein de la salle rénovée de la commune de Perreux. Une rencontre qui opposera donc l’ASVEL, championne en titre face à ce que l’on peut considérer comme l’équipe de cette dernière décennie. La rencontre ne pouvait se dérouler à la Halle André Vacheresse car, calendrier oblige, la Chorale de Roanne fera son retour en JEEP Elite durant cette même soirée.

Une reprise prévue le 12 août

À partir du 12 août c’est la reprise pour Olivier Hirsch et ses joueuses avec une bonne dose de deux entrainements par jour. Les Pink Ladies sont attendus sur Roanne entre le 8 et le 11 même si certaines sont déjà sur place. Seule Maïa Hirsch rejoindre l’effectif un peu plus tard après un calendrier bien chargé et du repos bien mérité. Actuellement retenu par l’équipe nationale  U16 avec laquelle elle a remporté l’or au Festival Olympique de la Jeunesse à Baku en Azerbaïdjan elle s’apprête à participer à deux autres tournois à Voiron du 9 au 11 août puis en Espagne et au Monténégro avant de participer au Championnat d’Europe à Skopje en Macédoine.