« Forcément, il faut enchaîner. L’objectif était de prendre six points sur les deux premiers matches ». Loïc Perrin est clair à deux jours de la réception de Brest, dimanche à 15 heures et s’il retient du positif du déplacement à Dijon « l’entame du match et une bonne maîtrise », il ajoute un bémol qui appelle au travail « le manque de régularité ».

En insistant sur l’importance de ce début de saison, il sait que la suite sera plus délicate en terme de calendrier: « Il est important d’avoir un petit matelas avant, car ce sera un autre rythme avec la coupe d’Europe et il faudra gérer ça. » Pour l’heure, ce sont les mouvements dans l’effectif qu’il convient de bien appréhender, « Je n’avais pas encore jouer avec Harold (Moukoudi) et les arrivées tardives, ce n’est pas l’idéal, mais on s’adapte ».

Plutôt bien même, même si le capitaine reste prudent « On verra plus tard si on est meilleur que l’an dernier, mais on a gardé une ossature de joueurs expérimentés complétée par des jeunes en devenir. Remy (Cabella) qui était un élément important a été remplacé par Ryad (Boudebouz) et il était important d’avoir une continuité avec Ghislain (Printant) après Jean-Louis (Gasset). On a des repères, même s’il y a eu beaucoup d’arrivées. »

De quoi avoir des ambitions, malgré la difficulté « Quatrième, c’était une vraie bonne performance, mais il y a de plus en plus de concurrence ». Une bonne raison pour multiplier les objectifs « Il faudra faire mieux dans les coupes nationales ». Ceci avec un Loïc Perrin en pleine forme, comme déjà  à Dijon malgré une préparation retardée par son genou.

Didier Bigard