Après une première saison réussie à Montpellier (Ligue Féminine), la jeune meneuse roannaise compte bien faire mieux cette année sous le maillot du BLMA. Elle se livre avant le début du nouveau championnat.

– Vice-Championne de France, Vice-Championne d’Europe… la saison dernière est-elle digérée ?

A.D. : « Oui, ça l’est. Je ne pense pas que ce soit le bon mot car cette saison reste unique et exceptionnelle. Certes nous avons échoué sur une première finale en coupe d’Europe et une seconde en Championnat de France. Mais je pense qu’il faut aussi retenir qu’on a joué deux finales dans une saison. Que le club, les supporters, les bénévoles ont été omniprésents, on a vraiment senti un engouement. La couleur de la médaille n’était pas celle que l’on voulait, mais ça nous permet aussi de grandir et d’apprendre. »

– Comment abordes-tu cette nouvelle saison ?

A.D. : « C’est une nouvelle saison, avec une nouvelle équipe, de nouveaux objectifs et peut-être une évolution en Euroleague (match de barrage aller/retour 25 sept contre l’Olympiacos). Chacun doit prendre ses repères. C’est un club compétitif, on va aller chercher le plus haut. »

– Qu’attends-tu de cette deuxième année à Montpellier sur le plan personnel ?

A.D. : « Sur le plan personnel il faut continuer de travailler très dur. Il faut que je puisse aussi progresser sur le plan physique. Je continue d’apprendre chaque jour ici. »

– La rénovation de la salle peut-elle être un atout pour le BLMA ?

A.D. : « Le BLMA investit beaucoup. C’est un club qui cherche sans cesse la progression et ce qu’il y a de mieux. Nous avons maintenant un nouveau parquet et même un nouvel éclairage. Tout est fait pour qu’on soit dans les meilleures conditions pour réussir. »

– L’Equipe de France, toujours un objectif pour toi ?

A.D. : « Oui, c’est toujours un objectif qui est présent dans mon esprit. »

– Physiquement, sens-tu que tu es au mieux de ta carrière ?

A.D. : « Je ne pourrais pas dire que je suis au mieux de ma carrière physiquement car j’ai une marge de progression. Au vu des dernières années (marquées par de graves blessures), j’ai un corps qui me laisse tranquille. »

 

Crédit photo : Chloé Bernard