A la veille de son déplacement à Paris, l’entraîneur de l’ASSE espère voir son équipe conquérante au Parc. Parce qu’il rêve d’une qualification et peut-être plus… Parce qu’il aurait bien voulu gagner cette coupe de la Ligue dont il regrette la décision prise en catimini d’y mettre fin.

 

La répétition des matches, Paris connaît, mais forcément, quand on a deux voire trois onze possibles, c’est plus facile. Cela n’a pas échappé, bien sûr, à Claude Puel à la veille de ce  déplacement au Parc. ” Pour eux, c’est un match de reprise puisqu’ils ont aligné une équipe bis en coupe de France.” Il parle de “challenge, d’opportunité de se confronter à une telle équipe”, pas de revanche parce qu’il sait l’écart entre les deux clubs, traduit par quatre buts encaissés en décembre “Même si on avait fait de bonnes choses. ”

Je veux voir mon équipe entreprenante

S’il entend “Mettre quelques petites choses au point, il ne veut pas parle de schéma tactique “Ca ne se jouera pas là dessus, parce que les Parisiens ont toutes les réponses,  jouer un bloc bas ou utiliser leur vitesse. Je ne compte que sur nous. Comment récupérer le ballon et ne pas le jeter? Comment l’utiliser au mieux?”. Tout ceci se résume “Il faut faire un gros match. Utiliser nos armes, jouer avec beaucoup de fraîcheur, d’enthousiasme, ne pas subir, ne pas se recroqueviller. Je veux vois mon, équipe entreprenante, jouer avec détermination”.

Cette fois, c’est la coupe “Quelque que soit l’adversaire, le plus important reste le résultat final”et Puel est bien conscient qu’il passera par la détermination “On devra jouer à notre meilleur niveau” . Mais il est lucide “J’avais dit la même chose pour le championnat et cela n’avait pas eu l’effet escompté, même si en infériorité numérique, on avait sus ressortir avec le ballon. J’avais regretté notre entame où on était apeuré.

“Ce sont des arrangements tout ça…”

De là à lui suggérer que c’est peut-être son dernier match de coupe de la Ligue, il y a un pas qui le fait bondir “Je ne fonctionne pas avec des peut-être. Je ne me dis pas que c’est le dernier, sinon, ce n’est pas la peine de se déplacer. Sa réponse est d’autant plus ferme qu’il apprécie la coupe de la Ligue, dont c’est la dernière édition. Il hausse même le ton  “Moi, je regrette sa disparition. beaucoup d’équipes se sont battues pour elle, l’ASSE l’a gagnée, moi pas avec Monaco, en finale face à Lyon. J’ai des regrets quand une compétition disparaît et en plus, là, ça s’est fait en catimini. Je suis attaché à ces épreuves, à cet esprit de compétition. La cadence du calendrier? Mais c’est pour laisser la place à d’autres compétitions. Ce sont des arrangements tout ça…”