L’entraîneur de l’ASSE a passé 24 ans à Monaco y retourne régulièrement et entretient de bonnes relations avec la famille princière. Mais là, il y va pour gagner. Bouanga aussi.

Denis Bouanga a été le premier à venir au point presse avant le déplacement à Monaco et c’est lui qui a donné le ton “Il faudra aborder ce match comme celui contre Nîmes. On y va pour se qualifier”. On comprend vite qu’il espère bien y participer après une entrée en jeu intéressante face aux crocos. “J’avais hâte de revenir, cela m’avait fait mal au coeur de laisser mes coéquipiers.” Relevant de blessure (au pied), il avoue “J’avais un peu d’appréhension, mais je n’ai pas eu mal”.

Il peut ainsi repartir de plus belle, avec pour objectif personnel “faire mieux que la saison dernière” . Individuellement, il devrait y parvenir (Avec 7 buts, il n’est qu’à une longueur de son précédent total) et collectivement, il affiche sa confiance. “Après la dernière défaite (Nantes), on s’est dit les choses, on ne pouvait pas continuer comme ça.” Si tout n’a pas été parfait samedi cela ne l’inquiète pas vraiment ” Il reste quelques détails à régler, mais on sait garder un, score et on veut remonter dans la première moitié du classement. On est 15ème, mais avec une victoire on bascule”.

Puel joue à la maison

C’est aussi l’espoir de Claude Puel qui esquive toutefois quand on évoque un classement “J’aime bien être pragmatique. Avant de parler objectif, il faut être présent à chaque match et j’aimerais qu’on soit placé fin avril pour disputer le dernier sprint.”

Cela, ce sera pour plus tard. Il y a d’abord la coupe et ce déplacement à Monaco où il ne sera pas dépaysé. “J’y vais sans nostalgie parce que sinon, je serai nostalgique chaque fois que j’y retourne puisque j’y ai ma maison. J’ai passé 24 ans là bas, j’ai beaucoup d’attachement avec ce pays et la famille princière, mais le club a beaucoup évolué depuis…”

Cela n’empêche pas de gros accrocs, comme face au Racing de Laurey, mais l’entraîneur stéphanois balaie tout excès de confiance. “Strasbourg a fait un très bon match, Baldé revient et les Monégasques ont beaucoup d’arguments offensifs”. Alors ne lui parlez pas de leur défense friable “On peut le dire pour nous aussi. Moi, les stats, ça m’indiffère. C’est l’équipe en face que je regarde”.

“Un nombre incalculable de blessures”

Ce n’est pas pour autant qu’il va bâtir son équipe en fonction de celle de Moreno “Vous m’avez déjà vu m’adapter à un système ? Non, on le fait par rapport aux blessures. On en a eu un nombre incalculable. On a une semaine à trois matches et il faut faire une équipe compétitive pour les trois. On ne compte pas seulement sur onze ou douze joueurs”.