Ils ont conclu une année 2019 que l’on peut qualifier d’exceptionnelle. Les Hockeyeurs Roannais sont parvenus à trouver leur public et à toucher le cœur des Roannais au-delà en dehors de la glace.

La patinoire Fontalon peut se targuer d’être l’une des seules enceintes sportives à avoir connu autant d’émotions l’année dernière. Les nombreuses soirées d’ivresse provoquées par les joueurs du Roanne Hockey ont désormais une répercussion en dehors de nos frontières régionales. Si l’on revient en arrière, le CHR fait partie depuis quelques années de la Division 2, troisième échelon national au hockey-sur-glace. Un niveau qui permet à Roanne d’être le meilleur club de la Loire, sans véritable concurrence. Dans un sport peu médiatisé, les hommes de Romain Bonnefond parvenaient à attirer la foule à domicile.

Un engouement unique pour le hockey dans la Loire

Depuis début 2019, c’est un véritable ouragan populaire sur lequel surfent joueurs et dirigeants du Roanne Hockey. La raison ? Le club roannais remporte en février dernier un match de playoffs D2 pour la première fois de son histoire (contre Ivry, 7-3). Celle-ci n’est qu’en marche à ce moment-là. Les Renards Roannais ne s’arrêtent pas. Ils s’imposent contre Toulouse puis fait trembler Courchevel en demi-finale. Un parcours héroïque qui s’arrête à une victoire d’une improbable montée en D1. « Cette épopée nous a permis de franchir un cap. Depuis ce huitième de finale contre Ivry, nous faisons guichets-fermés à chaque rencontre. L’année 2019 fut la meilleure de l’histoire du club. » explique Romain Bonnefond, directeur général. L’engouement pour le hockey ne désempli pas et le club grossit de plus en plus lors du dernier été. « Nous n’avons jamais eu autant de licenciés. Même si l’équipe de Division 2 reste la vitrine du club, il y a de nombreux jeunes joueurs dont des Roannais qui ont pu faire leur apparition avec les grands » poursuit Brigitte Bonnefond, présidente du CHR. Cette réussite est le fruit de nombreuses années de travail.

Un effectif qui vit bien

Au niveau de l’effectif, d’abord, où les dirigeants ont souhaité créer un noyau de jeunes joueurs qui arrive à maturité aujourd’hui. Le Roanne Hockey récolte aujourd’hui les fruits qu’il a semés. « On ne s’est pas trompé au niveau du recrutement. Les joueurs qui arrivent se sont appropriés l’image du club et ils sont investis dans le projet » continue Romain Bonnefond. Ce projet, justement, n’est désormais plus caché. Le Club des Hockeyeurs Roannais veut goûter un jour à la Division 1. « Le club est stable. Ce sera dur, ce ne sera pas simple mais nous y sommes prêts ». Si sur la glace, le CHR a l’effectif pour aller disputer une place dans la division supérieure, c’est peut-être financièrement que le problème va se poser. « On ne mettra pas le club en danger. On sait que ce sera difficile mais on en a beaucoup réfléchit » assure Brigitte Bonnefond. Le début de la nouvelle saison donne raison aux dirigeants puisque le club démarre très fort en septembre. Puis, une mauvaise série met en péril l’objectif playoffs. En parallèle, le CHR connaît une merveilleuse aventure en Coupe de France. En attendant les huitièmes de finale, le Roanne Hockey fait mieux qu’il n’avait jamais fait de son histoire, une fois encore.

Un parcours unique en Coupe de France

Contre Clermont-Ferrand (D1) et devant une patinoire trop petite pour accueillir tous les supporters, les coéquipiers de Mathieu Touveron s’imposent 6-5 au terme d’un match complètement fou. Les Renards Roannais écrivent une ligne dans l’histoire de leur sport puisque jamais une équipe de D2 n’était parvenue en quart de finale de la compétition. Décidément, 2019 aura été unique à Roanne. Même si le club s’incline contre Nice (Ligue Magnus) au tour suivant (3-5), le parcours en Coupe de France a confirmé les ambitions du club. « Sur le papier, nous n’avons pas les meilleures individualités mais d’un point de vue collectif, je pense que nous avons une équipe unique » explique Mathieu Touveron, capitaine des Renards. Maintenant, le CHR se donne quelques années pour monter en Division 1 et se frotter aux toutes meilleures équipes de l’Hexagone, dans l’antichambre de la Ligue Magnus. Petit budget, grands résultats, le Roanne Hockey se donne quelques années pour continuer à grandir et à avancer.

 

 

Dossier complet sur Parlons Sports Magazine du mois de février. Crédit photo : Dominique Bonnefond