Il n’y a pas si longtemps, la Loire comptait un club de rugby aux portes de l’élite. Le CASE avait fait rêver tout un peuple en montant les étages à grande vitesse. Trop vite.

C’est une histoire de circonstances. En 2008-2009, le Club Athlétique de Saint-Etienne est en Fédérale 2. Au terme de cette saison, les Stéphanois loupent la montée pour une place. Le destin sera tout autre. Le club est repêché et dispute pour la première fois de son histoire le championnat de Fédérale 1. Le CASE se structure, évolue, et entame la saison 2009-2010 entre prudence et ambition. Au terme de celle-ci, les joueurs ligériens terminent quatrième de la première phase, ce qui leur permet de jouer une place pour les playoffs. Lors du match de barrage, Saint-Etienne s’impose contre Nice (19-18) sur un drop à la dernière minute de jeu. Tout va si vite pour les Verts, qui créent un exploit monumental en quart de finale en éliminant le RC Chalon (12-3 à Saint-Etienne, 24-20 à Chalon-sur-Saône). L’engouement dans la région stéphanoise est énorme. Le club grandit plus rapidement que prévu. La demi-finale de Fédérale 1 est synonyme de montée en cas de victoire. La première manche est disputée au Stade Geoffroy-Guichard.

Face au torrent de pluie, le coup d’envoi est décalé de 30 minutes. Le maire de Saint-Etienne, Maurice Vincent, est présent dans les tribunes. L’affluence est record pour un match de ce niveau. Les hommes de Richard Mac Clintock s’imposent contre Bourg-en-Bresse d’un souffle sur le score de 23-22. Dans l’Ain, lors du match retour, les Stéphanois se montrent une nouvelle fois à la hauteur en s’imposant contre vents et marées (19-16). Le CASE est en Pro D2 avant même de disputer la finale. Un titre qui échappera au club ligérien, défait par Carcassonne (16-3). De la montée sportive loupée de peu en 2009 à la Pro D2 en 2010, les étapes sont franchies trop tôt par le CASE. Si le public avait parfaitement suivi le parcours des Stéphanois, le club n’est pas parvenu à se maintenir au sein du rugby professionnel. Saint-Etienne a fait honneur à son territoire et a écrit la plus belle page de son sport dans la Loire. Ce n’est maintenant qu’un souvenir pour les plus nostalgiques. Depuis 2016, le CASE, en proie à d’importants problèmes financiers, n’est plus.

20 000

Nombre de spectateurs ayant assisté au match entre le CASE et Bourg-en-Bresse au Stade Geoffroy-Guichard le 6 juin 2010.

 

 

Photo fournie par Christian Sigel