Yannick Berthier est le président du Loire Nord Tennis de Table (Pro B) mais est surtout infirmier anesthésiste à l’Hôpital de Roanne. Il évoque pour nous la situation inédite qui frappe le monde entier.

L’aspect sportif est maintenant passé au dernier plan. Le personnel hospitalier, comme toutes les personnes liées au domaine médical, sont sur le qui-vive actuellement. “Nous sommes plus que jamais en alerte. Nous sommes entrain de tout programmer pour faire face à un flux des cas dans les jours qui viennent. Le personnel va être mobilisé 24 heures sur 24“. A Roanne, il n’y a pas encore officiellement de cas déclaré du Coronavirus. C’est sans doute une question d’heures. “On est préparé à ce que ça arrive. Le confinement imposé par le Président est la meilleure des mesures mais je ne sais pas s’il a été assez explicite. Les Français ne sont pas conscients des choses. Il faut se mettre dans la tête qu’il y aura des cas graves et probablement des décès et que les structures hospitalières ne pourront pas faire face si trop de personnes sont atteintes. Nous ne voulons pas arriver à la situation où nous serions obligés de faire un tri…“.

Le confinement imposé aux Roannais, Ligériens et tous les Français a pris effet depuis midi aujourd’hui. Celui-ci est prévu pour quinze jours mais la tendance est pour une mesure plus longue. “Si les Français se montrent responsables, nous pouvons sortir de cette crise d’ici quelques semaines. Sinon, il faudra compter cela en nombre de mois“. Les questions se posent aussi pour le domaine sportif même s’il ne constitue pas une priorité dans la période actuelle. La Fédération Française de Hockey-sur-Glace a annoncé ce matin l’annulation de la fin de saison. Une mesure qui pourrait s’appliquer à tous les autres sports prochainement et qui devrait avoir des conséquences pour les clubs. “Je pense que ce serait une bonne chose, une année blanche pour tout le monde. Au LNTT, il y aura un gros manque à gagner et cette situation peut mettre en danger le club“. Pour la région roannaise comme pour le reste du département, la crise sanitaire actuelle affectera tous les clubs. Mais avant d’y penser, chaque citoyen se doit de respecter les consignes et de rester chez lui si possible pour tenter d’éradiquer la propagation du virus.