En place depuis près de quatre saisons à la tête de l’équipe NF3 du CRAP de Veauche, Raphaël Basler va quitter le club. Ce départ se fait plus rapidement que prévu à cause de la pandémie de Coronavirus.

C’est ma quatrième année au club. Pour moi, c’est un cycle qui se termine. J’ai rapidement senti cette saison qu’il fallait laisser la main malgré les bons résultats avec une équipe remaniée à 50%. Je commençais à fatiguer, j’habite à Unieux, les kilomètres et le stress commençaient à avoir raison de moi“. Une page se tourne au CRAP de Veauche. Cette saison, le club pointait juste derrière le podium dans la poule B de National 3. Raphaël Basler s’en va avec le sentiment du devoir accompli. “J’ai pris beaucoup de plaisir à lutter pour le haut de tableau. Le CRAP est une grosse machine et ce n’est pas toujours facile à faire tourner. J’ai rencontré des dirigeants et des bénévoles qui se donnent à fond pour leur club et ça, c’est impressionnant“. L’heure est au repos pour le coach. “Je vais prendre un peu de recul et du temps pour voir mes enfants jouer. Si un projet intéressant arrive à moi, je pourrais y réfléchir sérieusement“. C’est donc dans un contexte très particulière que Raphaël Basler s’arrête avec Veauche. “L’arrêt est normal. Ce qui me frustre, c’est de ne pas avoir pu coacher mon groupe une dernière fois“.