Ce grand gaillard au cœur tendre fait les beaux jours du Loire Nord Tennis de Table depuis 2018. Retour sur son parcours atypique et son train de vie hors du commun.

C’est à l’âge de 7 ans que le jeune Ibrahima Diaw tape ses premières balles au sein du club de l’US Créteil Tennis de Table. Fort de son talent naissant, il intègre quelques années plus tard le Pôle Espoir d’Ile de France. Le jeune pongiste y passera quatre ans et sera même sacré Champion d’Europe Junior avec l’Equipe de France à 16 ans. L’année d’après, il commence sa carrière professionnelle à Argentan en N3 avant de terminer la saison avec l’équipe Pro B du club. Un crochet en Suède pendant quelques années lui permet de se perfectionner et de revenir encore plus fort en France.

« Un projet intéressant » à Roanne

Après être passé par Nice ou encore Metz, Ibrahima Diaw décide de contacter le Loire Nord Tennis de Table. « Je savais qu’il y avait de l’ambition au sein de ce club et le projet m’a intéressé ». Au fur et à mesure des matchs, il s’impose cette saison comme l’un des éléments incontournables du club roannais en Pro B. Lors de sa première saison à Roanne, il est blessé et manque de nombreuses rencontres. « C’était très compliqué, nous avions une équipe correcte mais cela n’a pas marché ». Il rêve de jouer un jour en Pro A et c’est avec le LNTT qu’il souhaiterait y arriver. « Nous ne sommes pas là où nous devons être. Ce n’est pas du tout ce que l’on espérait et je suis convaincu que l’année prochaine nous aurons les armes pour viser la montée ». Ibrahima Diaw vise haut. Il participera cet été à ses premiers Jeux Olympiques à Tokyo. Une fierté pour le joueur tout comme pour son club. « C’est le rêve de tout sportif. Je joue sous les couleurs du Sénégal depuis le printemps dernier et je suis parvenu à me qualifier malgré un tournoi très stressant ».

Avec le Sénégal aux Jeux Olympiques

S’il reste focus sur la Pro B, le pongiste s’est préparé toute la saison pour décrocher un ticket pour les Jeux. Il arrive à vivre de sa passion qui lui donne néanmoins un train de vie assez spécial. En couple avec une Danoise, il fait régulièrement les allers-retours entre le Danemark et Roanne. « J’arrive un ou deux jours avant les matchs. Même si nous sommes un collectif, les performances sont individuelles et nous devons essayer de nous entraîner là où c’est le mieux pour chacun ». S’il n’aime pas se donner des objectifs trop élevés, la fin de l’année 2020 s’annonce tout de même très excitante pour le Sénégalais. « Il faut bien finir la saison, jouer aux Jeux Olympiques sans trop d’attente en donnant le maximum et en prenant les matchs les uns après les autres ». Avec le LNTT ou le Sénégal, Ibrahima Diaw joue avec la passion de son sport et aborde son avenir avec ambition.