Originaire de Saint Etienne, le pivot de 2m18 a foulé de nombreux parquets un peu partout dans le monde. 

En 1999, à  11 ans, il commence le basket à Saint-Jean-Bonnefonds puis rejoint très vite le club athlétique de Saint-Etienne (CASE). Sa carrière professionnelle débute en 2006 à Pau. Deux ans plus tard, il se présente à la draft NBA et est sélectionné à la 20ème position par les Charlotte Bobcats (Charlotte Hornets aujourd’hui). Le lock-out de 2011 l’obligera à revenir en métropole. Il jouera quelques matchs à Hyères puis signera à Strasbourg jusqu’en 2013. En décembre de cette année, il retente sa chance outre atlantique avec la franchise des New Orleans Pelicans. A l’orée de la saison 2018/ 2019, il est transféré aux Clippers de Los Angeles mais coupé dans la foulée. Il se retrouve sans club et tentera un retour en France à l’ASVEL sans succès.

La Loire dans son cœur 

Saint Etienne, c’est ma vie“, déclarait Alexis Ajinça dans les colonnes du Progrès.  Le pivot a toujours eu une attache particulière au département ligérien. La preuve en est, son numéro de maillot a toujours été le 42 même lors de son passage à l’ASVEL malgré quelques réticences de la part des supporters. Grand fan de foot et fervent supporter des verts, il a fait de nombreuses apparition dans la chaudron. On le voit également souvent posté des messages d’encouragements via ses réseaux sociaux. Il poursuit dans une interview pour Onzeo Je suis très chauvin, j’essaye toujours de mettre ma ville en avant. A chaque fois que j’ai une occasion j’essaie d’embellir Saint-Etienne. Je n’oublie pas d’où je viens “. Cela montre bien tout l’amour que le basketteur porte à cette région.

Depuis son départ prématuré de l’ASVEL, l’intérieur stéphanois est toujours agent libre. Un temps annoncé à Chalon, son profil n’a finalement pas été retenue. Tentera t-il un dernier retour en Jeep Elite ? Réponse dans quelques mois.

 

Photo : Instagram Alexis Ajinça