Qualifié tardivement pour les Jeux Paralympiques, l’haltérophile Roannais compte bien aller à Tokyo pour chercher une médaille.

Lors de la présentation des sportifs de haut niveau du Roannais fin juin au Chorum de la Halle Vacheresse, Axel Bourlon a confirmé sa qualification pour les Jeux Paralympiques. Une attente de plusieurs semaines due notamment aux performances des autres athlètes. Les huit premiers mondiaux, dans la catégorie d’Axel Bourlon (-54 kg), se qualifiaient pour le Japon. Pour se faire, il fallait participer à au moins une compétition internationale cet été. Passé neuvième mondial au printemps, l’haltérophile atteint de handicap (petite taille) n’a pas baissé les bras et un concours de circonstances favorables l’a fait passer dans le Top 8 fin juin. Axel Bourlon et la délégation française auraient dû se rendre à Dubaï avant les Jeux. Chose qui n’a pas pu être possible à cause d’un cas positif au COVID-19 dans le clan tricolore. Heureusement, cette non-participation à la compétition en Asie n’a pas été préjudiciable au destin olympique d’Axel Bourlon. Mieux, avec cette redistribution des cartes dans le haut du classement mondial, le Roannais peut légitimement viser un podium à Tokyo.

 

Téléconseiller la semaine, Champion le week-end

Axel Bourlon, comme de nombreux athlètes, ne peut pas complètement vivre de sa passion. Encore plus quand la discipline est peu médiatisée. L’homme de 29 ans est téléconseiller pour la SFAM à Roanne. Les soirs ou dans ses temps libres, il est accompagné d’un coach pour son entraînement.