Le rugby dans la Loire est à l’arrêt complet. Des amateurs jusqu’au RCAB (Fédérale 3), personne ne va pouvoir jouer en compétition d’ici la rentrée de septembre. Nous avons demandé à Patrick Banizette, président du Comité de la Loire de rugby.

“La problématique n’est pas simple puisque cela dépend beaucoup du type de joueur. Pour les enfants, c’est assez simple. Ils ont eu très peu de pratique depuis le début de l’année. Lorsqu’ils sont débutants, il va y avoir un peu de retard pour l’apprentissage sur ce qu’ils auraient dû apprendre au début de la saison. Cela va forcément avoir un impact sur eux et ils verront moins de choses mais cela se comblera avec le temps. Pour les enfants un peu plus grands, il va falloir réapprendre à vivre ensemble. Il faut savoir qu’au rugby, on partage beaucoup de choses, on fonctionne en collectivité. Et ce ne sera pas simple de revenir à la normale. Pour ceux que l’on appelle les “Jeunes”, qui ont entre 15 et 20 ans, on ne parle plus d’apprentissage mais de reconstruction collective pour rejouer au rugby.

La Fédération Française de Rugby a organisé la reprise en six étapes. Au départ, c’est la pratique physique individuelle pour terminer sur le jeu comme on le connaît lors de la dernière étape. Quand le confinement a été imposé, nous en étions à la troisième étape, c’est-à-dire du jeu sans aucun contact. Aujourd’hui, la reprise est floue, nous ne savons pas quand nous allons reprendre. Le rugby est un sport de contact. Nous ne pouvons pas reprendre en senior sans une préparation physique adéquate. On n’improvise pas des phases de percussion ou d’affrontement. Il va falloir se réapproprier les styles de jeu. Les joueurs seniors connaissent le jeu mais il faudrait reformater les corps. Entre les enfants et les adultes, la reprise ne sera pas la même et les enjeux seront différents. Tout dépendra des mesures qui sont prises. Avec le couvre-feu, par exemple, il est quasiment impossible d’envisager une reprise puisque les entraînements se déroulent principalement le soir. Quoi qu’il en soit, au moment de reprendre, tout le monde devra se mettre en route vers la réathlétisation qui sera indispensable.”

 

Propos recueillis dans le cadre du magazine Parlons Sports Loire de mars.
Certaines informations ont été modifiées par l’actualité récente.