Partie de rien en 2018, une poignée d’étudiants stéphanois repartent à l’assaut du Mont Blanc. Stoppée l’année dernière par l’épidémie, l’Association Amitié Mont Blanc revient plus déterminée que jamais.

L’échéance approche à grands pas pour les étudiants de l’École Nationale d’Ingénieurs de Saint-Étienne. Après avoir gravi le Mont Blanc en 2018 puis le Mont Paradiso en 2019, ces futurs ingénieurs repartent à la conquête du plus haut sommet français en septembre. Le premier objectif de cette initiative est écologique et consiste à ramasser les déchets rencontrés lors de l’ascension. Ce projet reste avant tout un challenge physique et seuls les plus motivés et les plus aptes peuvent prétendre intégrer l’équipe finale. À côté de cela, tout un bureau uni et soudé s’attarde à la recherche de donateurs pour financer l’opération et mener à bien cette entreprise en parallèle de leurs études. Cette organisation financière est essentielle puisque la montée s’avère relativement coûteuse. Les sponsors répondent généralement présents mais couvrent à peine le prix des guides de haute montagne qui avoisine les 20 000 euros. Malgré ces contraintes économiques, le nombre de participants reste en hausse et va passer de 12 à 14 étudiants à découvrir sur la page Facebook de l’association.

Un projet généreux

Chaque édition, l’amitié Mont-Blanc reverse 5% de leur budget pour une bonne cause. Cette année, c’est l’association Sourire d’Enfant qui est à l’honneur.

66 : C’est le pourcentage minimum auquel les dons sont défiscalisés, de quoi encourager les donneurs.

30 : C’est le nombre de membres de l’Association Amitié Mont-Blanc.

4810 : C’est la hauteur, en mètres, à laquelle les 14 participants vont se retrouver au sommet du blanc.