Tous les clubs sportifs reprennent le chemin de l’entraînement plusieurs semaines avant le début des compétitions. La préparation physique est devenue primordiale pour être efficace le jour de la rentrée. Zoom sur ce domaine avec Pierre Audin, préparateur physique.

Si certains sportifs aiment prendre soin de leur corps et se faire mal à l’entraînement pour être au top physiquement, ce n’est pas le cas de tout le monde. Et quand arrive l’heure de la reprise, chez les amateurs comme pour les professionnels, il est toujours l’heure du “physique” à l’entraînement. Pour introduire le sujet, Pierre Audin, notre intervenant, nous souffle une citation de Frédéric Auber, le grand référent de la préparation physique en France, qui dit “la préparation physique est au sport ce que la grammaire est à la poésie”. Les bases sont posées. “Cette préparation physique sert à faire en sorte que l’athlète soit dans les meilleures conditions possibles. S’il n’y en a pas, il n’y a pas d’harmonie. Dans le sport collectif, on tend vers une individualisation le plus possible même si dans certaines disciplines, elle doit s’adapter en fonction des gabarits ». Au rugby, par exemple, un avant ne va pas se préparer physiquement comme un pilier. Pourtant, malgré son importance, bon nombre de clubs ne peuvent pas investir, faute de moyens, dans une vraie préparation physique. “Je pense qu’en France, nous avons 20 ans de retard. J’ai eu la chance de voir ce qui se faisait à l’étranger, et c’est affolant de voir l’importance qu’a, aux yeux de certains clubs, la préparation physique”. Comme l’explique Pierre Audin, pour beaucoup de clubs, la priorité financière se tourne vers le recrutement de joueurs ou vers de l’investissement matériel. Et cela se traduit dans l’évolution du métier. En effet, peu de préparateurs physiques vivent réellement de leur métier. Beaucoup sont bénévoles au sein des clubs.

Éviter les blessures musculaires pendant la saison

Cette période de rentrée, pour tous les clubs, est l’occasion de faire l’état des lieux de la forme des joueurs et des joueuses. “C’est le moment le plus intéressant pour les joueurs comme pour nous les préparateurs physiques. Quand on récupère un groupe, on réalise une batterie de tests et parfois on met une petite charge à ceux qui ont bien profité des vacances… (rires).” Dans le sport de haut niveau, même en vacances, il est indispensable pour un sportif de faire attention et d’arriver en forme physique à la reprise. C’est alors qu’une vraie relation s’installe entre le sportif et le préparateur physique. Un rôle humain qu’apprécie grandement Pierre Audin. “Nous avons une vraie relation amicale. C’est d’ailleurs à la période de la reprise en août que les relations et les affinités s’installent entre les athlètes et nous. Nous sommes des confidents et les sportifs nous disent des fois des choses qu’ils ne disent pas à l’entraîneur.” La gestion physique d’un groupe dans un sport collectif est bien évidemment différente que celle d’un athlète d’un sport individuel. Mais la préparation physique a un but commun à tous, celui de prévenir et d’empêcher la blessure. “C’est l’objectif numéro 1. Tout ce qui est mis en place est réfléchi pour que l’athlète ne se blesse pas. Pour moi, un sportif qui a une élongation au bout de deux mois après le début de la saison, c’est une faute professionnelle.” Le passionnant métier de préparateur physique est donc indispensable aux clubs à la rentrée mais également tout au long de l’année.


Notre intervenant

Pierre Audin

Préparateur physique passé par le Roanne Hockey, l’AS Roanne Rugby et le Lyon Hockey en Ligue Magnus, entre autres. Il est également triathlète et s’entraîne régulièrement sur Saint-Chamond.