Il a marqué de son empreinte l’histoire de l’AS Saint-Etienne. Le natif de Rio Brilhante n’a pas oublié son passage dans le Forez. Désormais résidant au Brésil, son pays d’origine, il est revenu pour Parlons Sports Loire sur ses années vertes, entre 1999 et 2003.

Alex, 18 ans après votre départ de Saint-Etienne, quels souvenirs gardez-vous de votre passage chez les Verts ?

A.D. : “Je garde que de très belles choses de mes années à Saint-Etienne. Ce n’était que du plaisir, de la joie, de porter ce maillot vert. C’était un passage merveilleux et qui plus est de pouvoir le faire en même temps que José Aloisio, que je considère comme un frère pour moi. Je suis très reconnaissant envers l’AS Saint-Etienne.”

Quelle place ont eu ces années en France dans votre carrière ?

A.D. : “ Cela a été forcément très important pour moi. Pendant ma carrière, j’ai pu marquer beaucoup de buts et pouvoir en inscrire avec les Verts a été une grande fierté. Ce sont des souvenirs qui sont très marquants, et j’y pense encore aujourd’hui.”

Continuez-vous à suivre les Verts ?

A.D. : “Bien sûr, je suis toujours le club ici au Brésil. J’ai maintenant une autre vie mais je souhaite toujours garder un oeil sur ce que fait l’ASSE. J’ai joué pour une équipe et un public formidables. De pouvoir être considéré comme la Panthère du club aux yeux des supporters cela n’a pas de prix.”

Vous avez joué sous le maillot stéphanois avec votre ami José Luis Aloisio avec qui vous êtes toujours très lié…

A.D. : “ Comme je l’ai dit, il tient une très grande place dans ma vie. On se voit toujours très régulièrement au Brésil. Nous jouions ensemble à Goias au moment de faire le grand saut pour l’Europe et Saint-Etienne. On a toujours été lié, que ce soit chez les Verts ou après au Paris-Saint-Germain et Sao Paulo après. On a vécu une période merveilleuse en France tous les deux.”

On vous a vu à Geoffroy-Guichard en 2015, comptez-vous revenir en France ?

A.D. : “J’ai été très heureux de pouvoir revenir à Saint-Etienne pour ce match de charité. Je suis maintenant installé au Brésil, dans ma ville de cœur (Goias), et j’y exerce mes activités depuis que j’ai arrêté le football. Mais j’aimerais qu’un jour Luis (Aloisio) puisse faire ses adieux à Geoffroy-Guichard. Ce serait l’occasion de revenir et ça pourrait être un moment très fort pour lui comme pour moi. En attendant, je chanterai toujours “Allez les Verts !””

 

Photo : asse.fr