Après des mois de fermetures en 2020, les gérants des salles de sport attendent avec impatience la réouverture. C’est le cas de Grégory Dudek, gérant des Appart Fitness du Roannais.

Comment vous-êtes vous adapté suite à cette deuxième fermeture ?

Nous avons réduit nos charges fixes et nos dépenses au maximum. Les prêts et les leasings ont été décalés, les salariés sont en activités partielles à 100%, nous avons fait les démarches pour bénéficier des aides comme le fond de solidarité. Nous avons offert la possibilité à nos adhérents d’être solidaires ou de geler leur prélèvement durant la fermeture.

La réouverture en janvier 2021 est-elle nécessaire pour la survie des clubs ?

La réouverture est cruciale et vitale pour notre survie mais je crains grandement les contraintes sanitaires imposées. Si on nous demande 8m2 par adhérent, le modèle économique de nos clubs qui repose essentiellement sur le volume d’adhérent, ne sera pas rentable… Notre syndicat France active se mobilise au quotidien pour que notre secteur puisse continuer à bénéficier de l’aide de l’état même après la réouverture des clubs car le rebond va être progressif et peut être lent en fonction de la situation sanitaire…

Comment voyez-vous l’avenir pour les clubs et salles de sport ?

Le sport et l’activité physique sont essentiels pour l’être humain donc notre marché aura toujours un rôle à jouer dans le secteur de la santé. Si la crise sanitaire se termine, je crois à l’explosion de notre secteur. Les 2 confinements et les interdictions des activités sportives ont et auront un impact très négatif sur la santé des français qui vont avoir besoin de bouger ! Besoin d’accompagnement suite à cette période où ils ont été livrés à eux mêmes devant leur TV ou les différents appli fitness…