Manuel Poncet, directeur de la communication du Département de la Loire, explique la naissance des Victoires du Sport, qui se dérouleront à Saint-Etienne ce vendredi 16 décembre.

La première édition s’est tenue en mars, après un report lié au COVID, comment est venue l’idée d’organiser des Victoires du Sport ?

M.P. : “Nous avions en tête, au niveau du département de la Loire, de récompenser les sportifs. C’est ce que font d’autres villes ou d’autres métropoles. Et puis je pense que la Loire est vraiment une terre de sport. On trouvait que les sportifs et le sport n’étaient peut-être pas assez mis en valeur au regard du nombre de licenciés et de performances remarquables que l’on peut observer pendant l’année.”

Avant les Victoires du Sport, le département faisait déjà une rencontre avec les sportifs de haut niveau en fin d’année ?

M.P. : “Oui, le département organisait une remise de chèque aux sportifs de haut niveau. Mais nous trouvions que cette soirée devenait un peu répétitive et monotone. Il y avait aussi le Comité Départemental Olympique et Sportif qui mettait à l’honneur les sportifs en mars. On voulait fédérer dans l’optique de rendre hommage déjà à tous les bénévoles en faisant un événement qui a du sens. Cette soirée des Victoires du Sport est un prétexte pour tous se retrouver et de pouvoir remercier ceux qui font le sport. »

Qu’est-ce qu’on peut retrouver lors de cette soirée spéciale ?

M.P. : “L’idée de base, c’est qu’on puisse mettre à l’honneur le mouvement sportif amateur. L’idée, c’est de pouvoir l’organiser dans des lieux différents chaque année. La première édition était à Andrézieux-Bouthéon, celle de décembre sera à Saint-Etienne et nous tourneront. On s’associe à des médias qui pour nous ont du sens dans notre action et qui sont impliqués dans le sport local. C’est une soirée qui se veut festive avec une remise de prix, de médailles, un show circassiens qui peut rappeler le mariage entre l’art et le sport.”

Certains sportifs présents le 16 décembre seront peut-être ceux qui participeront aux Jeux Olympiques de Paris, c’est aussi un moyen de les mettre en avant ?

M.P. : “Nous l’espérons en tout cas. On veut leur montrer qu’ils sont soutenus et montrer au grand public que ce sont eux les meilleurs. Par ailleurs, nous avons choisi cette date pour qu’ils puissent tous être présents.”

Les Victoires du Sport sont amenées à être pérennisées dans le futur ?

M.P. : “Oui, tout à fait. On fait évoluer cet événement. Déjà par le fait qu’il soit itinérant à travers la Loire. On veut l’inscrire dans la durée, qu’il reste festif et populaire parce que la Loire est une vraie terre de sport.”