Le club de l’Etoile a été créé il y a près de 70 ans par une bande de copains. Aujourd’hui, l’équipe première évolue toujours au niveau national.

Cette commune de seulement 1100 âmes abrite un OVNI du basket français. L’Etoile de Lagresle a toujours été compétitive depuis sa création en 1953. Depuis 40 ans, le club a constamment eu une équipe au niveau régional. “Il faut reconnaître qu’il n’y a pas beaucoup de concurrence dans le village sur le domaine sportif. Si le club perdure dans le temps, c’est grâce à la transmission générationnelle” explique Jean-Yves Buchet, qui a été joueur puis éducateur au club. Après avoir déjà connu le niveau national dans les années 80, c’est en 2009 que l’Étoile retrouve la N3, cinquième division française. “Je pense que le club est le poumon de la commune. Au-delà de l’aspect sportif et de l’attractivité liée à l’équipe NM3, les joueurs sont venus s’installer chez nous au fur et à mesure et ont participé à la vie de Lagresle” ajoute Mickaël Vermorel, président du club. Grâce au travail des bénévoles, l’Etoile a pu perdurer dans le temps malgré l’évolution du modèle économique dans le basket. “Nous avons un encadrement de qualité, des équipes jeunes qui sont désormais en CTC avec le club du HBB (Haut Beaujolais Basket) depuis 2015” poursuit Jean-Yves Buchet. La formation mise en place au club fonctionne bien et pourrait permettre dans quelques années de renouveler localement l’effectif de l’équipe première. Mais ce qui fait véritablement le charme de la structure, c’est sa convivialité. “Chez nous, la devise est simple : se prendre au sérieux sans être sérieux” s’amuse Mickael Vermorel. Cette bande de copains et de joueurs du cru font la réussite de l’Etoile de Lagresle qui peut se vanter d’être hiérarchiquement le deuxième club de basket du Roannais, derrière la Chorale de Roanne. Souvent, les joueurs qui ne vont pas au bout du cursus avec la structure de Betclic Elite reviennent dans ce village frontalier du Rhône. Après tant d’années en NM3, est-ce que l’Étoile peut viser plus haut ? Le président est clair. “On sait que le creux entre la N3 et la N2 est important et nous voulons garder la même philosophie. Après, c’est certain qu’on mériterait de voir ce qui se passe au-dessus” soutient Michael Vermorel. En attendant, le club fête cette année les 12 ans de la montée avec son public, toujours fidèle au rendez-vous.