Chaque début de saison, on prend bien garde de ne pas tirer de conclusions des premiers matchs amicaux, soit pour ne pas trop s’enflammer, soit au contraire pour ne pas trop s’inquiéter…

Mais comme on ne se refait pas, on espère toujours que la première impression sera la bonne… En l’occurrence, même face à des adversaires en théorie assez modestes car formatés pour évoluer sans ambitions démesurées en Pro B, la version choralienne 2021/2022, « made in Choulet », offre d’emblée quelques belles promesses : un meneur de poche, Loren Jackson, comme a toujours aimé dénicher « coach JDC », qui va enflammer les gradins ; un arrière canadien, Johnny Berhanemeskel, rôdé à notre championnat sous les couleurs de Boulazac puis Nanterre, qui semble pouvoir apporter efficacité et expérience ; un intérieur américain, Jakeenan Gant, qui pourrait être une révélation car sachant tout faire, aussi bien offensivement (25 pts à 71%) que défensivement (8 rebonds, 1 contre), à l’image de l’ouverture contre Vichy/Clermont ; un retour réconfortant du capitaine, Clément Cavallo, toujours aussi vaillant, et du second meneur, Renathan Ona Embo, bien plus affuté physiquement…

Et si la Chorale retrouvait les playoffs ?

Quelques doutes ? Encore heureux pour un club qui doit lutter avec des moyens certes en légère progression financière, mais face à nombre d’adversaires aux moyens largement supérieures… Ainsi les deux jeunes “Louis” pas encore “d’Or”, l’arrière Marnette (20 ans) et l’ailier Cassier (23 ans), frais émoulus de la Pro B, qui ont inévitablement besoin de se rôder à l’Elite pour devenir de solides rotations ; la reprise du rythme de compétition pour l’ailier Ron Marsh, stoppé en plein essor la saison dernière, pendant plus de trois mois ; le doute qui subsiste encore pour retrouver notre pivot, Juvonte Reddic, à son meilleur niveau, dans un secteur où le retour tardif de l’international sénégalais, Boubacar Touré, n’a pas manqué de rappeler que la bataille sera rude sous les panneaux.

Pourtant, mon petit doigt me dit que l’objectif affiché d’atteindre les “play off” (réservé aux 8 premiers) est certes très ambitieux, mais pas si utopique que cela.