Porté par Emmanuelle Fessy, cavalière de haut niveau reconnue issue de la Loire, ce projet vise à accompagner des personnes malades par le biais du sport.

Rester fort devant la maladie n’est jamais facile. Emmanuelle Fessy porte depuis plusieurs semaines un projet unique. “Je sors de deux ans de maladie, avec un traitement lourd. Je veux monter une structure pour aider d’autres gens qui pourraient être dans la même situation que moi”. Deux fois vice-championne de France, la cavalière a tenu le coup grâce au sport. Son retour à la compétition est d’ailleurs programmé pour le début de l’année prochaine. C’est par cette mise en avant sportive qu’elle souhaite médiatiser son projet, intitulé “sport et cancer”. “L’idée c’est de faire un parallèle entre le sport de haut niveau et le sport santé. Je veux créer un lieu où les gens puissent venir passer un bon moment dans un pôle ressource. Il y aurait plusieurs activités avec différents professionnels”.

Un projet social et sportif

Venir prendre un café, s’évader avec les chevaux ou participer à des ateliers de sport santé, tout sera possible dans ce centre chapeauté par Emmanuelle Fessy. Le concept consiste à proposer des bulles d’oxygène aussi bien physiques que psychologiques. “Pendant mes soins, c’est vraiment le sport qui m’a mis la tête hors de l’eau. Je veux que les personnes qui viendront dans cet établissement puissent s’évader et sortir de chez eux. Nous mettrons en place d’autres systèmes comme la pose de caméras dans les box pour que les personnes, même depuis l’hôpital, puissent observer les chevaux”. Pour l’heure, le projet est prêt, financé et très bien ficelé. Il ne manque que le lieu pour recevoir toutes ces activités. Celui-ci devrait être prochainement officialisé et il pourrait voir le jour en 2022.

Les sportifs ligériens au rendez-vous

Pour aider Emmanuelle Fessy à porter ce projet original qui n’existe nulle part ailleurs, plusieurs sportifs connus du département ont décidé de la rejoindre. Loïc Perrin, ancien capitaine de l’AS Saint-Etienne, est le parrain du projet et va participer à plusieurs ateliers. Idem pour Anne-Frédérique Royon, cavalière qui a participé aux derniers Jeux Paralympiques à Tokyo. Ces deux noms apporteront une certaine crédibilité au projet.