En temps de pandémie mondiale, la pratique sportive des jeunes est fortement altérée.

La crise sanitaire sévit depuis maintenant plus d’un an : port du masque, gel hydroalcoolique, couvre-feu, confinement… La population apprend à vivre avec ces règles malgré une modification de leur mode de vie et de leur pratique sportive. Les championnats s’arrêtent, les salles de sports ferment ainsi que les clubs. Ces sportifs ont donc dû s’adapter à une situation complexe.

Une pratique revue à la baisse 

Chez les adolescents, l’activité physique a clairement diminué par rapport aux années précédentes ! Un sondage réalisé auprès d’une quarantaine de jeunes (14-22 ans) de la région Rhône Alpes Auvergne montre que la fréquence hebdomadaire de pratique a chuté.

Quentin, 18 ans, étudiant stéphanois déclare : « avant le début de la crise sanitaire, je pratiquais du tennis en club. Je m’entraînais 4 fois par semaine. A côté du tennis, je faisais partie de la section sport de mon lycée. Cela me rajoutait 2 fois 1h30 de sport. Aujourd’hui encore, le contexte sanitaire impacte ma pratique. Les cours de tennis ont été suspendus même s’ils reprennent progressivement seulement à l’extérieur. Ma pratique est passée à peut-être une ou deux fois par semaine ».  Ce témoignage correspond aux résultats du sondage. 44% des jeunes pratiquaient un sport 3 à 4 fois par semaine en 2019 contre seulement 9% en 2020.

D’autres ont totalement stoppé leurs activités physiques (53% d’inactifs en 2020 contre 10% en 2019). Louise, étudiante dans le Roannais, explique : « dans un contexte sanitaire courant, je faisais du sport plusieurs fois par semaine à savoir natation, musculation et running. Je préparais un marathon. La COVID 19 a modifié mes habitudes. Les salles ont fermé, les piscines aussi. Je continuais à courir au début mais j’ai perdu toute motivation. J’essaie de m’y remettre depuis peu »

 

Fréquence hebdomadaire de pratique en 2020

Fréquence hebdomadaire de pratique en 2019

 

 

 

 

 

 

Des nouvelles façons de se dépenser  

Des sports ont connu un essor comme la course à pied qui a permis aux jeunes de se changer les idées. Beaucoup ont aussi pratiqué le renforcement musculaire à la maison avec des moyens digitaux comme le coaching en visio conférence ou à l’aide de vidéos sur des plateformes numériques. Romane, 16ans, lycéenne roannaise ajoute : « j’ai fait du sport à la maison en suivant des vidéos YouTube » Quentin poursuit : « Je me suis lancé dans le fitness en suivant les cours en ligne d’un ami coach sportif ».

Pour finir, il semblerait que ces pratiques ne soient que passagères. 90,2% des sondés désirent reprendre une activité physique semblable à celle de 2019.