Natif de Perreux, Pascal Danière forge son mental de compétiteur avec des sports d’endurance, comme le triathlon. Après un accident de moto, il perd l’usage de ses jambes et de manière partielle, l’usage de ses mains. Ce sportif va s’essayer à de multiples sports avant de s’arrêter sur l’aviron, une discipline qui pourrait bien l’amener au JO de Paris.

« J’aime les sports d’endurance. Je me suis mis à faire de l’aviron car quand j’ai commencé (ndlr : 2008), le handbike ou l’athlétisme en fauteuil n’était pas encore présent, ça aurait pu être ça ». Nageur dans un premier temps, présent en Équipe de France handisport de natation, Pascal Danière a dû s’adapter et se tourner vers un autre sport. Ce fan d’endurance ne jure que par le travail, quoi de plus normal de le voir performer aujourd’hui en aviron. « Mon passif de natation m’a donné une bonne caisse, quand il y a eu la possibilité de faire de l’aviron à Roanne, j’ai foncé. Développer un bon mouvement, un sport qui allie force et technique me plaît bien ».

« Je voulais aller le plus haut possible »

Du travail, encore et toujours, une marotte pour Pascal Danière. 5 fois par semaine, le roannais s’entraîne, avec un coaching adapté à son handicap, pour ce compétiteur né. « Quand j’ai commencé le sport suite à mon accident, je voulais absolument gagner, aller le plus haut possible et repousser mes limites. » Une méthode efficace, des multiples titres de champion de France, champion du monde du 500m en salle en 2020, mais il lui manque la reconnaissance ultime pour un sportif : les Jeux Olympiques. « Je m’entraîne souvent avec Alex Bourlon, je vais aussi rouler souvent avec Loïc Vergnaud, leurs médailles à Tokyo me donnent envie de participer à des JO. Paris 2024 est dans un coin de ma tête, si ce n’est pas en aviron, ça sera dans un autre sport. » Un mental d’acier, typique des spécialistes de sport d’endurance. En attendant son heure, Pascal Danière va continuer à s’entraîner, le plus souvent seul, pour faire partie de la délégation française à Paris en 2024.