Promues en division élite, les joueuses de l’Entente Saint-Chamond Volley viennent de terminer la saison régulière à une belle cinquième place. Libéro de l’équipe, Azeline Horvais a répondu à nos questions avant d’aborder la phase des play-down.

Quel regard portez-vous sur la saison de votre équipe jusqu’à présent ?

A.H. : « On est très contentes. On est promues en élite cette année donc le but était de se maintenir. On finit 5e donc est très très contentes. On a su gagner les matches qu’il fallait gagner, on a même réussi à prendre des sets à des équipes qui finissent en play-off. Après, le travail n’est pas fini puisqu’il reste les play-down. Ça va être très intensif, il nous reste un mois où tous les matches vont être importants. Tous les points qu’on pourra prendre seront importants, donc ce n’est pas encore joué. »

En arrivant en division élite, l’écart de niveau a-t-il nécessité un temps d’adaptation ?

A.H. : « Oui, il y a quand même un changement entre les deux niveaux. Le jeu va beaucoup plus vite, il y a plus de taille au niveau des joueuses. Il a fallu un petit temps d’adaptation en début de saison. Par exemple, contre Clamart, on perd 3-0 au match aller, après le confinement de novembre et quelques rencontres manquées à cause de cas de Covid. Et au match retour, on s’impose contre cette équipe-là. Donc c’est vrai qu’il y a eu une progression tout au long de cette année. »

“À huis-clos, c’est une tout autre ambiance”

Comment avez-vous vécu la période difficile du confinement cet automne ?

A.H. : « On terminait la préparation physique, donc cet arrêt brutal en octobre avec le confinement, ça a été compliqué. Ensuite, pour reprendre une nouvelle préparation pour être au mieux pendant les matches, c’était un peu court. On s’en est quand bien sorti donc ça a été. »

À quel point le fait de jouer sans public a-t-il un impact pour vous ?

A.H. : « Ne pas avoir de public, ça change. Il y a des matches qui peuvent être gagnés grâce au public. Ça fait bizarre de jouer à huis-clos, c’est une tout autre ambiance. On a hâte que les supporters puissent revenir, sachant qu’à Saint-Chamond, on a de bons supporters. »

La crise sanitaire et l’absence de supporters ont amené des difficultés économiques pour les clubs. Est-ce quelque chose qui vous atteint ou parvenez-vous à rester concentrées sur le terrain ?

A.H. : « Non, on n’est pas du tout impactées. On arrive à rester focus et concentrées sur notre saison parce que c’est notre objectif et notre priorité. Après, c’est vrai qu’il y a un côté financier qui va forcément jouer, au niveau des partenaires, des subventions. C’est compliqué avec cette crise, donc on espère que tous les clubs pourront repartir parce que c’est difficile pour tout le monde. »

Que pouvons-nous vous souhaiter pour la fin de saison et le futur ?

A.H. : « Collectivement, qu’on se maintienne sur cette fin de saison. Il nous reste jusqu’au 7 mai pour tout donner et obtenir notre maintien. Ensuite, pour l’année prochaine… Avec cette crise sanitaire, on a plus de mal à se projeter donc on verra pour la suite. »

Crédit photo : Clamart Handball