Diagnostiqué autiste à l’âge de 8 ans, Mattéo Ruberti repousse sans cesse ses limites par le biais du sport, où il renverse des montagnes toujours accompagné de son père Frédéric.

Qui de mieux pour dresser le portrait de Mattéo que son père ? “Fred” est un ancien cycliste de haut niveau et son palmarès a de quoi donner le vertige. Participant aux marathons les plus prestigieux du monde, il s’est donné une mission, celle d’accompagner son fils. “Après le diagnostic, en 2010, je me suis toujours battu pour que Matteo puisse suivre un parcours scolaire normal. Je lui ai fait découvrir le sport, d’abord en tandem. La première fois, il ne savait pas faire de vélo et il a pleuré par peur. Le lendemain, il voulait déjà y retourner…”. C’est alors que démarre la fabuleuse aventure entre le père et le fils. Ils commencent d’abord par le triathlon où Matteo est tout de suite à l’aise dans l’eau. “En 2017, un jour, il m’a demandé de prendre l’un de mes vélos. Je l’ai réglé et il est parti tout seul. C’était une première étape”. En parallèle, le jeune garçon suit donc un chemin scolaire où il passe un CAP puis un BEP pour être aujourd’hui aux portes d’un Bac Pro Paysagiste.

Finisher du Marathon de New York en 2022

Ce parcours est forcément très lié avec son investissement dans le sport. “Tout cela n’était pas envisageable avant qu’il commence le sport. Il restait seul dans son coin, dans sa chambre. Le sport lui a permis de prendre confiance. Maintenant, il va parler avec les gens, il est plus ouvert”. Cependant, Matteo est toujours en proie à des problèmes de concentration. Il peut toutefois compter sur la motivation et le soutien infaillible de son père. “Je fais tout pour lui. Je suis son papa mais aussi son lièvre, son entraîneur, son manager… S’il était tout seul, il ne ferait pas les chronos qu’il fait aujourd’hui parce qu’il a besoin de quelqu’un pour le garder concentré”. Plusieurs sponsors, notamment spécialisés, soutiennent le duo Ruberti. Désormais, Matteo a accès au matériel le plus sophistiqué pour performer. Cette année, le père et le fils ont participé au Marathon de New York, bouclé en un peu plus de 3 heures. Même si la catégorie de Mattéo, au niveau du handicap, n’existe pas encore, cela ne l’empêche pas de rêver de faire les six grands marathons majeurs puis à l’avenir de s’essayer sur de plus longues distances avec un penchant pour l’Ironman.

 


Un premier marathon couru à l’âge de 16 ans

Mattéo Ruberti a participé à son tout premier marathon du côté de Los Angeles quand il avait 16 ans (3h29). Le jeune sportif a ensuite enchaîné celui de Chicago (3h20), Athènes (3h26) et New York cette année (3h06). Parmi les souhaits du duo en 2023, participer aux marathons de Boston et peut-être de Berlin en fin d’année.