Formé dans le petit village de Saint Symphorien de Lay, Timothé Vergiat a franchi différents échelons pour  devenir professionnel aujourd’hui. 

Comment est-il tombé dans le basket et quel a été son parcours ?

Le basket dans les veines 

Le jeune ligérien est plongé dans l’univers de la balle orange dès cinq ans. Ses parents, tous deux basketteurs, l’ont très vite emmené sur les parquets de Saint Symphorien de Lay. En benjamin, il rejoint la Chorale. Puis tout s’accélère, durant ses années roannaises, il intègre le pôle espoir lyonnais puis le Centre Fédéral de l’INSEP quelques années plus tard. En 2016, le meneur signe avec les espoirs de Hyères Toulon pour une saison avant de se rapprocher de Boulogne-sur-Mer en N1 où il signera son premier contrat professionnel (2017/2019).

En parallèle, il fait partie intégrante des Equipes de France jeunes. Il est champion d’Europe U16 et U18. “Nous avions une génération dorée” déclarait il pour BeBasket. Certains  joueurs de ces équipes évoluent maintenant en NBA comme Franck Ntilikina (Knicks) ou encore Killian Tillie (Grizzlies) entre autres.

Timothé joue aussi pour l’Equipe de France de 3×3. Il remporte la médaille de bronze lors des championnats du monde U18 notamment.

Joueur professionnel

Après deux saisons boulonnaises, il franchit un cap et signe  à Souffelweyersheim en Pro B. Cette année, il joue en moyenne 24,4 minutes par match pour 8,8 points, 2,1 rebonds et 3,7 passes par match. Le poste 1 de 23 ans espère encore progresser pour atteindre le niveau supérieur qu’est la Jeep Elite, voire plus.

Photo : BCS -Basket Club de Souffelweyersheim / Facebook