Entraîneur de l’US Feurs, qui défiera dimanche l’AS Moulins en Coupe de France, Olivier Jurine évoque au micro de Parlons Sports Loire la préparation compliquée de l’évènement pour les clubs amateurs français.

Malgré le contexte, est-ce un soulagement de retrouver les terrains ?

O.J. : « Oui parce que ça nous manquait malgré tout. Je suis content pour les joueurs, c’est bien qu’ils puissent retrouver des sensations un peu plus normales. Même si on ne sait pas combien de temps ça va durer. »

Comment vous êtes-vous organisés ces dernières semaines ?

O.J. : « Sur le mois de novembre, où on était à l’arrêt complet, les joueurs avaient un programme individuel de préparation. Début décembre, on a mis en place une organisation pour qu’ils puissent s’arranger avec leur employeur pour venir s’entraîner plus tôt, pour respecter le couvre-feu fixé à 20 heures puis à 18 heures. »

Pouviez-vous proposer à vos joueurs des séances d’entraînement normales ?

O.J. : « On devait respecter le protocole qui était défini par l’Etat, de manière à ce qu’il n’y ait pas trop de duels. On s’est adaptés. »

« C’est du bricolage »

Comment vous êtes-vous organisés par rapport au couvre-feu ?

O.J. : « Les joueurs venaient s’entraîner plus tôt. Ils prenaient des demi-journées, pour ceux qui travaillaient. Mais on n’arrivait pas à avoir tout le monde tout le temps. »

Est-ce que vous jugez que les conditions sont satisfaisantes pour préparer ce match face à Moulins ?

O.J. : « Non, c’est du bricolage. La problématique, c’est l’état de la situation dans laquelle on nous a mis. Il y a un monde à deux vitesses entre le monde professionnel et le monde amateur. Aujourd’hui, il y a un irrespect total du monde amateur dans toute la France. Le seul honneur que l’on pourra avoir, c’est que des clubs amateurs arrivent à se qualifier pour l’épreuve finale de la Coupe de France. Là, ce seront des clubs et des personnes qu’on pourra porter très haut, parce qu’en terme d’adaptation, ils n’auront pas été à 100% mais à 400%. C’est vraiment un déséquilibre total. On nous a toujours dit que la Coupe de France était destinée à tous les clubs et que tout le monde était mis sur le même pied d’égalité. À partir d’aujourd’hui, on saura que c’est faux. C’est inégal. »

Rendez-vous dimanche à 13 heures pour suivre le match de Coupe de France entre l’US Feurs et l’AS Moulins.