L’ailier canadien du Roanne Hockey Tristan Tardif nous explique pourquoi la plupart de ses compatriotes sont retournés au Canada, fait le point sur la situation et évoque son avenir.

Est-ce que vous nous confirmez que les Canadiens de l’effectif du Roanne Hockey sont bien rentrés au pays ?

T.T. : « Oui, les Canadiens sont partis il y a un peu plus d’une semaine. Nous sommes deux à rester. Je reste jusqu’au mois de juillet puisque j’ai ma conjointe qui est française et qui termine son alternance en France. Il y a aussi Jean-Christophe Houde, qui a un contrat de travail ici. »

Pour quelles raisons vos partenaires canadiens sont-ils rentrés ?

« Au Canada, il y a de nouvelles restrictions. Le gouvernement va bientôt passer une loi disant que les voyageurs extérieurs qui rentrent au pays devront passer par l’hôtel, et que ça leur coûtera 2000 dollars canadiens pour trois jours. C’est excessivement cher pour prendre le risque de rester ici au cas où la saison reprenne. »

Est-ce que ça signifie qu’ils font définitivement une croix sur la fin de saison ou pourront-ils revenir si la compétition reprend ?

« Ce n’est pas certain qu’ils reviennent. Je crois qu’ils hésitent entre revenir et ne pas revenir. L’organisation leur laisse toujours la possibilité de revenir si jamais la saison reprend. En réalité, je suis peu certain que la saison reprenne et qu’ils reviennent. »

« Le hockey va prendre une partie plus secondaire dans ma vie »

Vous avez eu des infos sur la fin de la saison ?

« On continue toujours à s’entraîner. D’ici lundi ou mardi, on devrait en savoir un peu plus. Je crois qu’il y a peu de chances qu’on reprenne la saison. »

Ce serait la deuxième année de suite que la saison s’arrête alors que vous êtes favoris pour la montée. Ce serait une grosse déception…

« Oui, c’est sûr. C’est ma troisième saison à Roanne et ça serait la deuxième qui se termine à cause du Covid. En plus, elle signe la fin de mon aventure en France donc c’est difficile pour moi d’accepter que ça s’arrête comme ça, sur une saison blanche. »

Avez-vous des plans différents pour le futur ?

« J’ai plusieurs plans. Actuellement, je suis des cours par correspondance mais il est temps que je retourne à l’école à plein-temps. Je veux me réorienter dans ma vie professionnelle et le hockey va prendre une partie plus secondaire dans ma vie. J’ai aussi des projets plus personnels. J’ai créé une fondation, après avoir perdu ma mère l’an dernier, et j’essaie de sensibiliser les gens au sujet du suicide et des maladies mentales. C’est un long projet personnel qui me tient vraiment à cœur et qui va me prendre du temps, donc je dois me concentrer dessus. »